Séminaire Face à l'imprévisible : les postures de l'anticipation adaptative

Ce nouveau cycle 2017/2018 se situe dans la continuité des séminaires « Anticipation(s) : penser et agir avec le futur » qui ont rassemblé une quarantaine intervenants (philosophes, sociologues, psychologues, juristes, médecins et praticiens du soin) pendant trois ans (2014-2017). Il prend une signification particulière en cette période de concertation portant sur la révision de la loi relative à la bioéthique.

Publié le : 19 Octobre 2017

Pour ce 4ème cycle du séminaire Anticipation(s), nous mettons au travail une figure particulière de l'anticipation, que nous avons appelé l'anticipation adaptative. Face à l'imprévisible et au-delà de la prédiction, de multiples stratégies d'adaptation peuvent être mises en oeuvre pour continuer à anticiper en situation d'incertitude. Chaque séance du séminaire aura pour tâche d'en explorer une. Sur le mode de la fiction, nous ferons participer le public pour construire ensemble un scénario d'adaptation, et un intervenant viendra apporter un éclairage conceptuel. Contester, fuir, bricoler, faire de l'humour, inventer collectivement, rester loyal, user de la ruse, autant d'outils de l'anticipation adaptative qui peuvent prendre des formes très concrètes dans le quotidien des praticiens. In fine, l'enjeu éthique de cette nouvelle édition du séminaire est d'explorer des capacités anticipatrices qui puissent tolérer l'incertitude et dépasser les cadres de la prédiction. 
 
Les séances se dérouleront de la façon suivante : une même fiction sera énoncée à chaque séance qui fera intervenir un événement imprévisible, un élément perturbateur. Le coordinateur de la séance prolongera la fiction en fonction de l'outil d'adaptation exploré (contestation, fuite, etc.), à propos duquel l'intervenant exposera ses recherches dans un second temps. Le public sera bien sûr invité à prendre une part active dans l'analyse et la compréhension des enjeux des modes d'adaptation proposés.
 
Coordination scientifique : Léo Coutellec, Sébastien Claeys, Alexia Jolivet, Robin Michalon, Sebastian J. Moser, Paul-Loup Weil-Dubuc & Emmanuel Hirsch

Programme

Contestation

Lundi 6 novembre 2017
Coordination : Léo Coutellec
 
Contester, c'est préférer la conflictualité au consensus, c'est refuser de se soumettre à un état de fait. La contestation est une ressource pour l'anticipation adaptative dans la mesure où elle permet de penser des trajectoires de rupture qui remettent en cause les présupposés habituellement admis d'une situation donnée. La contestation est ainsi une forme d'émancipation qui ouvre à des possibles clivants, permettant l'identification d'engagements et de positionnements, créant de l'épaisseur au sein de situations que le consensus a tendance à réduire.

Fuite

Lundi 4 décembre 2017
Coordination : Robin Michalon
 
Le terme de fuite caractérise deux types de situations à des échelles distinctes. À l'échelle individuelle, la fuite est une réaction mue par la peur, par l'anticipation d'un danger ou par la nécessité ressentie d'une distanciation par rapport à une situation donnée. À l'échelle systémique, la fuite est un dysfonctionnement empêchant la construction d'un dispositif parfait, fonctionnel et pérenne, ce dernier se vidant du fluide en son cœur et perdant de son efficacité. Ce constat d'une double nature de la fuite nous questionne, si devant l'imprévisible nous fuyons, de quel système nous extrayons-nous ?
Inscriptions

Bricolage

Lundi 8 janvier 2018 : 
Coordination : Sebastian J. Moser
 
Le bricolage, notion répondue en Sciences Humaines et Sociales depuis les travaux de C. Lévi-Strauss, produit, suite au diagnostic informel d'une situation donnée, un état différent tout en acceptant son inachèvement, son accomplissement provisoire. Le bricoleur agit avec ce qu'il a sous la main, il détourne l'usage habituel d'un objet, il adapte l'outil standardisé à ses besoins du moment. La matière qui s'oppose, le problème qui semble non-résoluble sont des défis bienvenus. Pour l'esprit du bricoleur, l'existence n'est guère source d'ennui.
Inscriptions

Humour

Lundi 5 février 2018
Coordination : Paul-Loup Weil-Dubuc
 
L'humour consiste, dans une situation donnée, à créer une déviation, un détournement. Il place soudainement au centre des interactions un regard décalé, une interprétation inattendue. En ce sens l'humour constitue une puissante ressource adaptative : face à l'événement imprévisible qui risque de prendre de court, d'imposer ses effets, de dépasser les acteurs, il permet, sinon de mieux comprendre l'événement, du moins d'assumer qu'on ne le comprend pas et de le mettre à distance.
Inscriptions

Créativité collective 

Lundi 5 mars 2018
Coordination : Alexia Jolivet
 
La créativité permet de s’extraire de la dimension a priori finie d’une situation. Cette manière de façonner ou de forger un autre possible, nous avons voulu la penser collective, dans sa propension à se nourrir de l’accumulation des imaginations. Inventer collectivement appelle ainsi, certes, à un déploiement ou à une déclinaison de scénarios mais, plus particulièrement, à tester la force et le pouvoir du commun et de l’ensemble. Ainsi plus qu’un processus d’invention, c’est une puissance, celle de la pluralité agrégée en un mouvement commun, que nous voulons cerner.
Inscriptions

Loyauté

Lundi 9 avril 2018
Coordination : Sebastian J. Moser
 
La loyauté est l'attachement à ce qui est, à ce qui a été défini comme "façon habituelle de faire". Et cela même au moment où les indices du changement ne peuvent plus être ignorés. Et ainsi de suite, c'est le mot d'ordre de la loyauté. On anticipe un futur changeant en faisant de l'endurance d'un côté, et de l'inflexibilité, d'un autre côté, des vertus. Cependant, les images négatives du déserteur ainsi que du traître doivent être entretenues pour permettre aux personnes loyales de justifier leur non-résistance.
Inscriptions
 

Ruse

Lundi 14 mai 2018
Coordination : Sébastien Claeys
 
Le rusé est celui qui, démêlant parfaitement les tenants et les aboutissants d’une situation complexe, joue de son savoir pratique pour tromper son ennemi sur ses intentions réelles. Cette « intelligence rusée » est une manière de se fondre dans un contexte hostile, de se dissimuler et d’opérer en secret pour atteindre ses fins. En cela, elle nécessite du temps, de la détermination et semble peut propice aux réactions immédiates et aux événements imprévus. C’est qu’elle est non seulement un puissant moteur d’adaptation ou de survie, mais aussi un moyen de transformer en profondeur le contexte de l’action en lui-même. Au risque de le pervertir ?
Inscriptions

Crédit photo d'illustration : Percival Smithers
En partenariat avec les magazines « What’s up Doc », Usbek&Rica, et la Revue Française d’éthique appliquée.