Préserver un cheminement personnel et professionnel

Par : Jean Lefèvre-Utile, Infirmier, service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, CHU Pitié-Salpêtrière, AP-HP, doctorant, Département de recherche en éthique, Université Paris Sud – Paris Saclay / Espace éthique /IDF | Publié le : 12 Septembre 2016

Dans ma pratique d’infirmier en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent je suis confronté à la violence des troubles du comportement que présentent les patients en décompensation aiguë. Ces situations de crise nécessitent un pragmatisme réfléchi pour pallier à l'agressivité et aux automutilations. L'Espace éthique m'a permis d'avoir une assise théorique pour penser la complexité de ces situations et soutenir un engagement soignant mis en péril par l'intensité de ce type de trouble. Je suis convaincu que l'approche transdisciplinaire de ce cursus universitaire, par la diversité de ses enseignements, a enrichi profondément ma pratique. Je ne pensais pas que ces études influenceraient autant ma manière d’agir et de penser. Cela m’a permis de préserver un cheminement personnel et professionnel. Dans un service de soin en secteur fermé la prise charge de l'urgence nécessite souvent un recours à la contrainte. De nombreuses questions entrent ainsi en jeu : le consentement et la notion d'assentiment, le souci de l'arbitraire et le respect des libertés fondamentales, la notion d'interdépendance et de vulnérabilité partagée, autant de concepts que l'Espace éthique m'a permis de mieux intégrer dans ma pratique quotidienne.

Dans les situations d'impasses thérapeutiques, la dimension d'accompagnement est à revaloriser. Le devoir de non-abandon nécessite un aménagement de la relation d'aide qui préserve le lien à l'autre et soutient l'accompagnement des parents. Les réflexions que j'ai menées dans le cadre de mes mémoires m'ont permis d'approfondir chacune de ces compétences.