Sommaire général des textes de l'Initiative Valeurs

Réflexion

  • Défis éthiques et valeurs du soin
    Elisabeth Quignard, Médecin en gériatrie et soins palliatifs, Réseau régional Champagne Ardenne RéGéCAP.
    A travers une éthique du soin envisageant la personne dans sa totalité, l’auteure réinterroge les trois valeurs fondamentales de la devise républicaine.
     
  • Tu ne tueras pas, ou « de la fraternité à la sollicitude »
    Roger Gil, Professeur émérite de neurologie, Directeur de l’Espace éthique de Poitou-Charentes, CHU de Poitiers

    Devant le déchirement d’humanité des attentats du 13 Novembre, Roger Gil réaffirme l’importance morale de la bioéthique et la responsabilité particulière du monde des soins face à des humanités fragilisées. Dans ces temps sombres, la sollicitude, c’est-à-dire l’attention sans relâche pour autrui, doit prévaloir comme elle le fait souvent dans le domaine du soin.
     

  • Respect des valeurs, valeur du respect
    Aline Santin, Urgentiste, Médecine interne

    L’Homme se tourne vers les valeurs dans toutes ces actions, mais tout particulièrement dans les temps de doutes et de craintes. Aline Santin applique une telle observation au domaine du soin, démontrant que les valeurs sont avant tout un lien fondamental.
     

  • Les mots à poser sur nos valeurs
    Franck Rolland, Étudiant en médecine

    Franck Rolland fait dans son texte un parallèle. A ses yeux, chaque Français, marqué par les attaques du 13 novembre se trouve dans une situation de soignant envers sa propre nation, « empreint d’attention, de solidarité et d’accompagnement réciproque ». Il revient donc aux Français d’extraire de cette relation à grande échelle une réflexion et une action empreintes d’éthique et contre l’obscurantisme.
     

  • La Reconnaissance et le soin
    Jonathan Théodore, Médecin Equipe Mobile d’Accompagnement et de Soins Palliatifs des Hôpitaux Sud Charente.
    Contribution à la soirée inaugurale « Valeurs de la République, du soin et de l’accompagnement », Paris, Mairie du 10ème, le 10 Décembre 2015.

    Pour Jonathan Théodore, le juste-soin passe par une reconnaissance totale et mutuelle à l’intérieur d’une relation entre deux personnes : le soignant et le soigné. Cette reconnaissance, qui dépasse les compétences de la biomédecine, doit pouvoir laisser une place importante à l’expression de la souffrance, au dialogue et au choix.
     

  • La République, ses marges et ses lieux de précarité
    Annie de Vivie, Fondatrice d’Agevillage.com, Coordinatrices des formations Humanitude.
    Ce texte se penche sur l’écart entre les valeurs prônées et les valeurs actées. L’auteur y décrit brièvement les risques liés à un tel décalage, tant à un niveau sociétal, dans la création de lieux marginalisés et cachés, qu’à une échelle individuelle.
     
  • Pour un soignant, le mépris de la vie est une effroyable violence
    Hélène Brocq, Psychologue clinicienne (Service de Médecine Physique et Réadaptation du CHU de Nice, Chargée de cours à l’Université de Nice-Sophia-Antipolis)

    Répondant à l’horreur des attentats, ce texte suit une métaphore : celle qui lie la perte de sens radicale de l’individu malade et le traumatisme sociétal dû aux explosions de violence du Vendredi 13.
     

  • "Jouer derrière soi pour aller de l’avant"
    Thierry Calvat, Conseil en communication
    Dans un texte imagé, Thierry Calvat rappelle comme le lien Républicain trouve son fondement dans la solidarité et l’humilité. Il décrit comment ces deux valeurs fondamentales sont au cœur des pratiques soignantes, faisant d’elles les éléments républicains par excellence.
     
  • "Soigner, c’est une sorte d’œuvre que la sollicitude intelligente compose"
    Charles Gardou, Anthropologue, professeurs à l’Université Lyon 2

    De son point de vue d’anthropologue, Charles Gardou, observe les dispositifs sociétaux de traitement des personnes vulnérables. Au sein de nos sociétés contemporaines, ces dispositifs peuvent prendre la forme de l’individualisme ou du communautarisme, l’auteur nous met en garde face aux impacts que ces tendances peuvent avoir sur nos valeurs républicaines
     

  • Valeur de la République et secteur de la santé
    Danielle Villechien, Administratrice de France Parkinson

    Dans une période si violente et agitée, Danielle Villechien s’interroge sur les valeurs qui ont fondé un de nos biens communs le plus précieux : notre système de santé. L’auteure isole les idéaux fondateurs des institutions de soin en France et leur mise en place pour laquelle trop peu a été fait.
     

Perspectives

  • Aider une société à réaffirmer ses valeurs
    Sylvie Dupont, Conseillère technique du secteur Soins, Handicap, Fondation de l’Armée du Salut

    Troublée par la violence des attentats du 13 Novembre et les morts qu’ils laissent derrière eux, Sylvie Dupont apporte son expérience de soignante dans le cadre d’une réflexion sur la vie, la mort et l’autre, ainsi que sur la posture bienveillante du soignant.
     

  • Proposition pour une vision du soin
    Jean-Guilhem Xerri, Praticien hospitalier, ANAP

    La culture et le soin interagissent selon des dynamiques complexes. Jean-Guilhem Xerri nous met sérieusement en garde contre les logiques économiques et technologiques à l’intérieur des pratiques médicales, là où le soin devrait avant tout répondre à des logiques anthropologiques.
     

  • Le sens du soin : faire vivre une démocratie sensible
    Alice Casagrande, Directrice formation et vie associative FEHAP,
    Dans un texte d’inspiration philosophique, Alice Casagrande retrace les différents moments du soin et leurs implications politiques : de la reconnaissance d’une vulnérabilité jusqu’à la reconnaissance de la personne. C’est bel et bien une éthique de la citoyenneté qui se dessine ici dans cette réflexion sur le soin.
     
  • Réflexion sur la notion de "maintien artificiel de la vie"
    Philippe PETIT, Père d’un jeune homme de 27 ans en état pauci-relationnel depuis 13 ans, Administrateur UNAFTC, ancien président AFTC Picardie, Médecin spécialiste en santé publique
     
  • Un lien devenu visible
    Jean Matos, Doctorant en éthique médicale, Chargé de mission pour les questions éthiques à l’Archevêché de Rennes
    Les attentats du 13 Novembre ont révélé un lien social et humain unissant les différents éléments de la nation. Ce lien est celui de l’entraide, du courage et des valeurs. Ce lien révélé est aussi très fragile, il nous faut donc en prendre soin, par la participation, la réflexion et l’amitié comme vertus politiques.
     
  • Lorsque les valeurs se confrontent au chaos
    Catherine Ollivet, Président du Conseil d’orientation de l’Espace éthique Ile-de-France et du
    Terriblement marquée par les attentats, Catherine Ollivet salue les mouvements d’entraide et de solidarité manifestés le 13 Novembre au soir et les jours qui ont suivi. Elle déplore néanmoins la place qu’a pu jouer l’incitation médiatique dans certains de ces gestes, laissant dans l’ombre les soignants et mettant sur le devant dans la scène ceux pour qui l’image compte tant.
     
  • L’hospitalité, incarner l’idée du soin
    Thibaud Haaser, Médecin radiothérapeute, CHU de Bordeaux ; doctorant au Département de recherche éthique, université Paris Sud

    La question des valeurs est nécessaire mais fort complexes. C’est pour cela que Thibaud Haaser, loin d’une liste absconde de valeurs portant à confusion, préfère une éthique de l’expérience fondée sur des valeurs simples telles l’hospitalité.
     

  • La bientraitance dans l’hospitalisation privée : un soin qui crée la relation et donne du sens
    Béatrice Noëllec, Conseillère, Fédération Hospitalière Privée
    À partir de différentes initiatives prenant place dans le milieu hospitalier privé, Béatrice Noëllec donne les lignes directrices de ce qui, selon elle, pourrait construire une bonne éthique du soin, tant pour le soigné que pour le soignant.
     
  • Pour une éthique du moindre mal
    Jean-Pierre Couteron, Psychologue clinicien, Président de la Fédération Addiction | Publié le : 30 Septembre 2013
    A travers les principes du respect de l’autonomie et de la protection des personnes dépendantes, Jean-Pierre Couteron prône une éthique du moindre mal où la présence du soignant et la réduction des risques sont les premiers pas vers une bonne prise en charge de la consommation de drogues.
     
  • Loi du 4 mars 2002 : des droits pour tous les malades et la reconnaissance de droits fondamentaux ?
    Grégoire Moutel, Médecin hospitalo-universitaire, Responsable de l’unité clinique de médecine sociale (Groupe hospitalier Corentin HEGP Assistance Publique) et enseignant chercheur en éthique médicale (Université Paris Descartes)
    Dans un regard critique sur la loi du 4 mars 2002, Grégoire Moutel donne son avis sur deux des éléments clés de toute politique des droits dans le domaine de la santé : la diffusion de l’information au sein de la société civile et la mise à disposition des moyens nécessaires.
     

  • L’éthique pour interroger les automatismes de la pratique médicale
    Aurélien Dutier, Post-doctorant en éthique médicale à l’Université Paris Descartes au sein du Laboratoire d’éthique Médicale et de Médecine Légale de Paris V
    Aurélien Dutier redéfinit le rôle de l’éthique médicale à travers une définition de la médecine au confluent de la rationalité scientifique et des normes sociales. L’éthique doit se décentrer pour observer les institutions, leurs pratiques et leurs cultures.

  • Clémence Joly, Responsable de l’Unité de Soins Palliatifs, Centre hospitalier de Pont Audemer (Eure)
    Faisant le constat d’une société « postmoderne » qui ne valorise pas le soin, ni ne lui laisse de place, Clémence Joly rappelle fortement l’importance de la parole de celui qui se confronte à la vulnérabilité, à contre-courant des tendances hyperindividualistes contemporaines. 

Témoignages

  • Le sens du soin en gériatrie
    Christophe Trivalle, Médecin gériatre, CHU de Bicêtre, AP-HP
    S’inspirant de son expérience comme médecin gériatre, Christophe Trivalle décrit sa pratique du soin comme au confluent du care et du cure avec comme valeur fondamentale : l’empathie.
     
  • La démarche éthique comme démarche de cohérence
    François Berger, Directeur d’EHPAD
    L'auteur donne dans son texte un témoignage précis des complexités propres à la direction d’un EHPAD, entre législation et bonnes pratique. Prenant l’exemple de l’alimentation, il met en évidence la surcomplexité des dispositifs législatifs et les conséquences difficiles en termes de pratiques du soin et d’engagement moral de la part du soignant.
     
  • Accompagner au domicile, le choc des intimités
    Céline Louvet, Directrice d’équipement médico-social, APF Paris

    Dans un court texte, Céline Louvet décrit les enjeux moraux et politiques de l’intervention à domicile. Elle se focalise notamment sur la place du soignant et de sa subjectivité face à des éléments pouvant exercer une violence sur lui ou aller contre son libre-arbitre.
     

  • Faire vivre le prendre soin et le transmettre
    Françoise Tournery Bachel, Cadre de santé formatrice, doctorante au Département de Recherche Ethique, Université Paris Sud

    Françoise Tournery Bachel défend une conception politique du soin. Le soin doit aider toute personne à persévérer dans son être et ce qu’importe ses origines culturelles, ses différences. Convaincue des richesses de l’humain et du soin, elle prône une transmission des valeurs dans et par la formation des soignants.
     

Approches complémentaires

  • Le sens du soin auprès des malades Alzheimer
    Véronique Lefebvre des Noëttes, Psychiatre du sujet âgé

    Confronté à la maladie d’Alzheimer, le soignant et la famille sont mis dans une position de perte de sens. Face à cette fuite du sens, Véronique Lefebvre des Noëttes prône une éthique par le bas fondée sur la confiance, la liberté et l’ouverture d’esprit quant aux difficultés affectant celui, ou celle, atteint de la maladie d’Alzheimer.
     

  • La relation médecin-malade en cancerologie : Quelles valeurs ?
    Jean-Louis Misset, Professeur émérite de cancérologie

    De nombreux droits et de nombreuses valeurs ont été affirmés par les différentes lois sur l’éthique au sein des domaines hospitaliers et de la santé (2002, 2005). Néanmoins, Jean-Louis Misset décrit dans son texte comme les valeurs les plus fondamentales du soin s’actent, non sous le couvert d’une loi, mais bien dans la rencontre singulière du soignant et du soigné.
     

  • Après tant d’années passées, dans l’incapacité de définir le soin
    Serge Duperret, Médecin en réanimation, Hospices civils de Lyon
    Les valeurs semblent impossibles à fixer, les réfléchir est pourtant une nécessité pratique et morale. Dans un texte concret, Serge Duperret nous dit la nécessité de ne pas se cacher derrière le bouclier juridique ou le bréviaire éthique pour se confronter directement aux problèmes moraux dans les pratiques du soin.
     
  • "Autrefois on gardait ses vieux..."
    Geneviève Demoures, Psychogériatre, Président de l’Association Pallia

    S’inspirant d’un exemple vécu, Geneviève Demoures parle du questionnement éthique au cœur de l’accompagnement personnes âgées dépendantes, tant du côté des soignants que du côté de la famille. De tels questionnements résonnent à une échelle politique dans la liberté de choisir son mode d’accompagnement, l’égalité d’accès à des soins de qualités et la fraternité entre familles et soignants.
     

  • Laïcité et période festive dans les soins
    Elisabeth Grimont-Rolland, Chef de service  rééducation pédiatrique, Hôpital San Salvadour, AP-HP
    Un mois après l’explosion de violence revendiquée au nom d’une religion, Elisabeth Grimont-Rolland se pose la question de la laïcité à l’hôpital et de l’opportunité humaine et sociale que représentent les fêtes de fin d’année.
     
  • La République Française face à la question du handicap et des droits fondamentaux
    Pierre Bétrémieux, Docteur en philosophie, Paris 1
    La République Française a construit un système légal de droits et de liberté pour la personne handicapée. Toutefois ce système comporte encore de nombreux dysfonctionnements contre lesquels a été mise en place l’initiative « une réponse accompagnée pour tous ».
     
  • Regard d'un scénariste sur les valeurs
    Stéphane Brizé, Réalisateur, Scénariste

    Dans un texte très court, Stéphane Brizé décrit l’importance des valeurs, à l’aune de leur place fondamentale dans le dénouement d’une fiction. Son texte appelle à l’union et à l’action solidaire pour un happy end.
     

  • Autopsie - À la recherche de la vérité
    Jean-François Michard, Médecin légiste à la Direction Nationale de la médecine légale de Suède
    Médecin légiste, l’auteur décrit les enjeux sociétaux de son travail au quotidien et son désir de rendre justice à travers ses recherches.
     

  • Penser politique le soin de la personne
    Alain de Broca Neuropédiatre, Philosophe, UMR 8163 Philosophie Lille 3  - Directeur Espace de Réflexion Ethique Régional Picardie
    L'auteur éclaire dans son court texte l’articulation entre une conception totale du soin et la nécessité d’une éthique s’inspirant de la démocratie participative.
     

  • Pour une éthique concrète de la sollicitude
    Serge Guérin, Sociologue, professeur à l’INSEEC Paris
    Dans un texte précis et détaillé, Serge Guérin retrace l’institutionnalisation du domaine du care et de l’accompagnement. Il soutient un projet solidariste pour le système de santé français, l’Etat devant se mobiliser pour accompagner les aidants, piliers d’une grande part du soin apporté en France
     

  • De la dignité des soins psychiatriques
    Georges Berthon, Psychiatre, praticien hospitalier
    Dans un texte critique de la loi du 5 Juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge, George Berthon rappelle comme c’est aussi à l’intérieur des pratiques médicales de contrainte et des discussions sur le consentement que les enjeux éthiques sont les plus criants.
     
  • « En elle se concentrent toutes les ondes du monde. »
    Marion Lagneau, Médecin gastroentérologue, Hôpital Privé d’Antony
    Avec des mots poétiques, Marion Lagneau décrit la relation singulière qui la lie à ses patientes sur le point d’être opérées et comme celles-ci, le temps de l’opération, excluent le monde qui l’entoure.
     

  • Position soignante
    Catherine Rosier, Infirmière / Catherine Laplace, Infirmière retraitée de l’assistance publique, diplômée Espace éthique/AP-HP – Département de recherche en éthique, université Paris-Sud

Dans ce dossier

Valeurs de la République, du soin et de l'accompagnement