Lanceurs d’alerte : le devoir de signalement s’impose-t-il ?

Débat organisé par l'Espace éthique/IDF dans le cadre de la Nuit des débats 2016 à la Mairie du 4ème arrondissement.

Par : Albert Ogien, Sociologue, directeur de recherche au CNRS, CEMS-IMM EHESS / William Bourdon, Avocat au barreau de Paris / Nicole Marie Meyer, Chargée de mission à Transparency International France | Publié le : 05 Avril 2016

Figure aujourd’hui privilégiée de l’opposant (a)politique, sans couleur idéologique, « transparent » et sans étiquette, le lanceur d’alerte fait fuiter des informations sensibles pour des raisons morales et citoyennes, déplaçant les lignes traditionnelles de la transparence. Que révèle l’émergence de cette figure du rapport de nos sociétés au secret ? Et comment se repose la question paradoxale du droit à la désobéissance : un système social – entreprises, associations, ONG, Etats – peut-il veiller à la protection future de ceux qui visent à saper ses fondements, fût-ce pour l'améliorer ?