Philosophie de la décision en fin de vie : les termes du processus décisionnel

Une soirée organisée le 24 mai 2016 en Salle du Conseil de l’Université Paris Descartes, 12 rue de l’Ecole de médecine, 75006 Paris

Par : Espace éthique/IDF | Publié le : 30 Mai 2016

Intervenants :
Marie-France MAMZER BRUNEEL, Médecin néphrologue, directrice adjointe du Laboratoire d’éthique et de médecine légale, Université Paris Descartes

Corine PELLUCHON, Professeur de philosophie, Université de Franche-Comté

Pascale VINANT, Médecin responsable de l’unité d’accompagnement et de soins palliatifs, CHU Cochin, AP-HP

Présentation :
Christian HERVÉ, Directeur du Laboratoire d’éthique et de médecine légale, université Paris Descartes
Emmanuel HIRSCH, Directeur de l’Espace de réflexion éthique de la région Ile-de-France

La loi reconnaît à la personne malade la faculté de contribuer à la décision qui la concerne, notamment au terme de son existence s’agissant des conditions de mise en œuvre de l’assistance médicalisée.
De surcroit, elle propose une anticipation sous formes de directives rédigées, voire la désignation d’une personne de confiance afin de permettre à l’équipe médicale de respecter au mieux la volonté d’une personne qui ne pourrait plus l’exprimer explicitement.
Au-delà des strictes procédures, qu’en est-il en pratique d’un processus décisionnel qui peut s’envisager bien en amont de la phase terminale ? Qu’en est-il du respect de l’autonomie décisionnelle de la personne vulnérable en fin de vie ?
Selon quels critères décider des modalités de sa mort ?
En partenariat avec le Laboratoire d’éthique et de médecine légale, Université Paris Descartes