Quand les inégalités de santé deviennent-elles injustes ?

Captation de la journée du 13 avril 2016

Publié le : 06 juin 2016

3ème journée éthique, économie et santé : quand les inégalités de santé deviennent-elles injustes ?

L’expérience du soignant confrontée à des êtres humains de chairs et d’os, à la réalité de la maladie et de la mort, est certes nécessaire mais aussi insuffisante pour prendre la mesure des inégalités de santé. C’est pourquoi l’éthique du soin pourrait être tentée de la mettre au second rang de ses préoccupations derrière d’autres problèmes éthiques plus patents, apparemment plus urgents. L’évidence de ce fait social apparaît pourtant avec force quand nous le quantifions en adoptant sur lui un point de vue statistique. 
Cette mise en évidence par la quantification est nécessaire pour prendre la mesure du phénomène des inégalités sociales de santé. Ce n’est toutefois qu’un préalable qui ne nous offre ni compréhension ni positionnement éthique et politique. L’enjeu de cette journée sera ainsi de montrer, d’un point de vue éthique et politique, l’importance du problème de l’inégalité de santé, en lui (re)donnant une certaine visibilité et en témoignant de ses incarnations dans des situations concrètes de vie. Il s’agira alors de mettre en lumière l’ambivalence des institutions sociales (sanitaires, scolaires, etc.) et des lieux de travail qui sont aussi bien des terrains de lutte contre les inégalités de santé que des creusets où elles se forment et s’entretiennent.
L’enjeu sera aussi, dans un deuxième temps, de réfléchir aux liens que l’on peut établir entre inégalités et injustices. Toute inégalité n’est certes pas une injustice ni ne justifie une intervention publique sauf
à considérer qu’il faille poursuivre l’objectif effrayant d’une égalité biologique de tous les êtres humains. Dès lors, quels critères établir et quelles interventions mettre en œuvre pour parvenir à une juste lutte contre les inégalités de santé ?

Les journées éthique, économie et santé

La réflexion éthique se pose trop souvent en « supplément d’âme » de l’économie, voire, de façon plus absurde encore, purement et simplement contre elle. Les journées de réflexion « Éthique, économie, et santé » sont nées de l’idée que l’éthique ne doit pas déserter le champ de la création et de la répartition des biens et assumer que les choix dans ce domaine engagent un arbitrage entre valeurs auquel elle ne saurait être indifférente. Après une première journée portant sur les enjeux éthiques des choix en contexte de ressources rares, une deuxième journée axée sur la précarité socio-économique, la troisième journée du cycle « Ethique, économie et santé » place les inégalités de santé au cœur de la réflexion éthique.

Programme

Matinée : les inégalités de santé : regards croisés sur un fait social

9h/9h15Les inégalités de santé : fait social et question éthiqueElie Azria, Bernard Pissarro et Paul-Loup Weil-Dubuc
9h15/11h15Une approche historique, éthique et critique de la promotion de la santé, Bernard Pissarro
11h15/11h30 – Pause 
11h30/13hLes inégalités de santé en contexte périnatal Elie Azria, Morgane Linard Priscille Sauvegrain
Focus : La différenciation culturelle et sociale des soins prénataux

Après-midi : penser, identifier et délimiter l’injustice

14h/15h30 –  Individu, institutions, société : quelles frontières entre quelles responsabilités ?
Le bon, le juste et le pathologique, François Athané
Responsable de ma santé ? Paul-Loup Weil-Dubuc
15h30/16h - Pause
16h/17h30Soin, réparation, amélioration, augmentation : pour lutter contre l’injustice, tous les moyens sont-ils bons ?
Pour une justice cognitive : l’amélioration biomédicale de l’attention des enfants, Elisabeth de Castex
Un droit au bonheur ? Pieter Bonte
17h30/18hDiscussions et synthèse

Intervenants

François Athané, Docteur en philosophie, Laboratoire Sciences, normes, décision, CNRS-Université Paris-Sorbonne
Elie Azria, Chef de service de la maternité de Notre Dame de Bon Secours, docteur en éthique médicale, membre du Conseil d’orientation de l’Espace éthique Ile-de-France, Epidémiologiste Inserm UMR1153 Equipe  EPOPé, Université Paris Descartes
Pieter Bonte, Docteur en philosophie, membre du Cercle de l’Espace éthique Ile-de-France.
Elisabeth de Castex, Docteur en science politique
Morgane Linard, Interne de santé publique, Epidémiologiste Inserm UMR1153 Equipe  EPOPé, Université Paris Descartes
Bernard Pissarro, Professeur de santé publique, membre de la Conférence Régionale de la Santé et de l’Autonomie (CRSA).
Priscille Sauvegrain, Sage-femme et docteur en sociologie
Paul-Loup Weil-Dubuc, Chercheur en éthique et en philosophie politique, Espace éthique Ile-de-France
 

Coordination scientifique

Elie Azria, Chef de service de la maternité de Notre Dame de Bon Secours, docteur en éthique médicale, membre du Conseil d’orientation de l’Espace éthique Ile-de-France, Epidémiologiste Inserm UMR1153 Equipe  EPOPé, Université Paris Descartes.
Bernard Pissarro, Professeur de santé publique, membre de la Conférence Régionale de la Santé
et de l’Autonomie (CRSA).
Paul-Loup Weil-Dubuc, Chercheur en éthique et en philosophie politique, Espace éthique Ile-de-France.