Le médicament : enjeux éthiques, politiques, scientifiques et économiques

Captation de la journée « Le médicament : enjeux éthiques, politiques, scientifiques et économiques », organisée le 7 mars par l’Espace éthique/IDF.

Par : Espace éthique/IDF | Publié le : 06 Septembre 2018

Du fait même de sa nature de pharmakon, à la fois remède et poison, et des enjeux politiques, économiques et scientifiques, qu’ils soulèvent, les médicaments sont au cœur de très nombreux espoirs, craintes et jugements moraux.
Notre époque voit se développer de nouveaux modèles pharmaceutiques et de nouveaux modes de régulations de la production des médicaments, dans un contexte d’augmentation structurelle des coûts. Du développement des logiques non-médicamenteuses – préventives ou curatives – aux rôles pris par certains acteurs dans le cadre de la recherche biomédicale – les associations de patients particulièrement –, en passant par le développement de thérapeutiques alternatives et le marché grandissant des over the counter drugs : chacune de ces évolutions, engageant une réflexion bioéthique, transforme ce que l’on pourrait nommer « l’économie morale du médicament ».
Cette journée d'étude, qui a pour cadre les États généraux de la bioéthique, propose d'analyser les enjeux de ces mutations.

Coordination scientifique
Robin Michalon : robin.michalon@gmail.com
Doctorant contractuel PSL, Centre Alexandre Koyré.
Paul-Loup Weil-Dubuc : paul-loup.weil-dubuc@u-psud.fr
Responsable du pôle recherche de l’Espace Éthique de la région Île-de-France

Programme

Introduction

9h30/9h50 — Quentin Ravelli, Sociologue, chargé de recherche CNRS.

Première partie : le prix du médicament.

Le médicament est un objet économique et social spécifique. Sa production est en majeure partie régie selon des logiques marchandes, là où sa diffusion au sein de la société est pour part orchestrée selon des finalités politiques. Entre ces deux pôles, la question du coût du médicament fait l’objet de débats éthiques et engage les différents acteurs à se positionner les uns par rapport aux autres.
Du prix proposé par l’industrie pharmaceutique, aux systèmes d’achats des structures de soin et à la place du médicament dans la consommation des ménages, les enjeux éthiques et anthropologiques sont nombreux. La question que nous aimerions faire valoir dans cette partie est celle de la « mutation » des questionnements sur le prix en fonction des acteurs.
Modérateur : Étienne Nouguez, Sociologue, chargé de recherche CNRS, CSO – Sciences Po Paris.
9h50/10h10 — Patricia Marino, Économiste de la santé à l'Institut Paoli-Calmettes (Inserm – Aix Marseille Université).
10h10/10h30 — Maurice Pierre Planel, Ancien administrateur de la commission des affaires sociales du Sénat, président du Comité économique des produits de santé.
10h30/10h45 — La parole au modérateur
10h45/11h15 — Discussion avec la salle
 

Deuxième partie : le risque

À la fois remède et poison, le médicament est souvent perçu comme étant intrinsèquement risqué. Toutefois ce risque, y compris dans ses dimensions morales, prend des formes différentes à travers la chaîne du médicament. S’il est l’un des questionnements principaux dans le processus de production et de mise sur le marché, la perception de ce risque peut varier au niveau de la consommation, voire être oblitérée.
Modérateur : Robin Michalon, Doctorant au Centre Alexandre Koyré (EHESS), chercheur associé à l’Espace Éthique de la région Île-de-France.
11h30/11h50 — Nils Kessel, Maître de conférences en histoire de la médecine à la Faculté de Médecine. 
11h50/12h10 — Valérie Siranyan, droit de la santé, Maître de conférences, Université Lyon 1.
12h10/12h25 — la parole au modérateur
12h25/12h55 — Discussion avec la salle.

Troisième partie : partenariats et conflits d’expertise

Les différents acteurs de la chaîne du médicament entretiennent des relations politiques complexes, pouvant être de l’ordre du partenariat, du conflit ou simplement du rapport de force. L’expertise est un des terrains sur lequel ces rapports politique s’expriment, chacun des acteurs, du fait de son rapport au médicament, ses savoirs et sa légitimité institutionnelle, pouvant faire valoir les changements qu’il souhaite voir implémentés.
La problématique éthique est double : quelles sont les capacités des différents acteurs à faire valoir leurs valeurs et à acter sur la chaîne du médicament ? Comment agencer ces dernières en cas de conflit ?
Modérateur : Juliana Veras, Doctorante, CERMES, Universities Allied for Essential Medicine
14h00/14h20 — Jean-Baptiste Faure, patient chronique (Savoirs Patients, Vaincre la Mucoviscidose) et Responsable de la mise en place d’un Living lab (Fondation I2ML - Toulouse Métropole)
14h20/14h40 — François Eisinger,médecin interniste, institut paoli-calmettes, inserm umr 599, Marseille 
14h40/14h55 — la parole au modérateur.
14h55/15h25 — Discussion avec la salle.

Quatrième partie : Bien-être et santé, luxe et nécessité : les frontières du médicament

Corrélat quasi-systématique de la maladie, le médicament est souvent perçu selon le prisme de la nécessité. Toutefois, la notion même de nécessité, intrinsèquement liée à celles de vie et de santé, tant dans ses déterminants que dans ses conséquences est l’objet même de conceptions conflictuelles, d’évaluations divergentes et de débat. Concrètement, ces débats se matérialisent dans les questionnements sur le remboursement des médicaments, la valeur accordée aux risques et à la pénibilité liés à la prise du médicament, à la nécessité ou non de conditionner leur accès à une prescription préalable...
Modérateur : Clémence Thébaut, Maitre de Conférences - Economie de la santé. Université de Limoges.
15h40/16h00 —  Zoé Dubus, TELEMME (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale), Université Aix-Marseille.  
16h00/16h20 — Michel Thomas, Professeur émérite de médecine interne à la faculté de médecine de Bobigny, groupe d’initiative PRINCEPS.
16h20/16h35 — la parole au modérateur
16h35/17h05 — Discussion avec la salle

Conclusion par le grand témoin

17h10/17h30 : François Pesty, Pharmacien, Expert Conseil indépendant pour une prise en charge médicamenteuse mieux sécurisée, plus pertinente et efficiente. Membre du groupe d’initiative PRINCEPS et de l’association FORMINDEP