Alzheimer : Reconnaître l'expression d'une plainte, l'accompagner, y répondre

Les expressions de la plainte déposée auprès d'un psychiatre qui a vocation à s'occuper de « personnes âgées » varient au gré de la rencontre singulière entre le patient et son médecin. Elles possèdent néanmoins des fondamentaux communs : chape de la solitude, peur de la mort et tristesse d'abandonner les siens, douleur de vieillir dans son âme et dans son corps, effroi de la rencontre avec ces maladies qui provoquent une dégénérescence du cerveau jusqu'à la perte inéluctable du sentiment de soi, tentation de la dépression et de la régression voire d'une mort volontaire...

Par : Thierry Gallarda, Responsable d'unité fonctionnelle, praticien hospitalier, Centre d'évaluation des troubles psychiques et du vieillissement, Centre hospitalier Sainte-Anne | Publié le : 18 Novembre 2013

Intervention enregistrée dans le cadre de l'Université d'été Alzheimer, éthique et société 2013 des 17, 18, 19 et 20  septembre 2013 à Lille.

Intervention extraite de la table ronde « Lorsque la maladie s'annonce ; temps des premiers signes et d'incertitudes »