Consensus et confusion : l’expérience de la psychothérapie institutionnelle

"Les évolutions récentes de la médecine dans nos sociétés conduisent à la promotion d’un mode de décision médicale plus collégial que par le passé. Ces décisions semblent se fonder à la fois sur des discours d’expertise et sur une dispersion de la responsabilité, avec le consensus comme horizon."

Par : Aymeric Reyre, Psychiatre, service de psychopathologie de l'enfant et de l'adolescent, de psychiatrie générale et addictologie, Hôpital Avicenne, AP-HP | Publié le : 27 Janvier 2014

"Malgré le gain de rationalité et l’apparente amélioration de la discussion au sein des équipes de soin, ces pratiques ne paraissent pas toujours atténuer l’angoisse des patients ni celle des professionnels.
A partir de l’expérience singulière du mouvement dit de « la psychothérapie institutionnelle » né dans la France de l’après-guerre, nous proposerons une réflexion sur la potentielle émergence d’une confusion angoissante au sein de groupes soignants en recherche de consensus et de non-conflictualité.
En nous référant aux travaux de Paul Ricœur et à l’approche psychanalytique du fonctionnement des groupes, nous explorerons des issues potentielles à cette confusion."

Cette intervention est extraite du colloque « Décision médicale, processus décisionnels : une nouvelle approche de la personne malade dans le parcours de soin » organisé le 16 décembre 2013 par l’Espace éthique/AP-HP/IDF