De la responsabilité éthique du scientifique

"Science et éthique se heurtent à des difficultés récurrentes de conjugaison. Non seulement la première n'est pas moralement neutre mais elle inclut dans son fonctionnement une éthique voire une métaphysique. C'est ce que nous tenterons de décrypter dans un premier temps afin de délimiter la responsabilité éthique du scientifique."

Par : Dominique Vermersch, Professeur Agrocampus Ouest, Recteur de l’université catholique de l’ouest | Publié le : 23 Août 2013

Intervention donnée dans le cadre de l'Université d'été Sciences, éthique et société 2013, organisée par l'Espace éthique/Ile-de-France les 11 et 12 juin 2013, sous le Haut patronage du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche.

"De même que le vrai dit quelque chose du bien, de même l'effort d'objectivation scientifique peut constituer également, et par analogie, le marchepied d'une réhabilitation d'un usage moral et donc élargi de la raison humaine. Objet d'investigation de la science et source d'inspiration morale, la nature est alors doublement et simultanément convoquée au dialogue avec la liberté humaine."