Le sens des mots « Diagnostic, pronostic, anagnose ? »

"Le diagnostic porte sur l'état présent, sur un faisceau de phénomènes existants, tandis que le pronostic porte sur l'avenir, sur un déploiement plus ou moins prévisible ou probable, mais qu'on peut globalement anticiper."

Par : Armelle Debru, Professeur d’histoire de la médecine, université Paris Descartes, Espace éthique/IDF | Publié le : 18 Novembre 2013

Intervention enregistrée dans le cadre de l'Université d'été Alzheimer, éthique et société

Diagnostic et pronostic sont tous deux formés sur le radical (gnô-) du verbe qui signifie « connaître » en grec. Le premier consiste à reconnaître, ou plus précisément à discerner (-dia) les signes pertinents pour identifier une pathologie ; le second, à élaborer à l'avance (pro-) un savoir sur le futur. Le diagnostic porte sur l'état présent, sur un faisceau de phénomènes existants, tandis que le pronostic porte sur l'avenir, sur un déploiement plus ou moins prévisible ou probable, mais qu'on peut globalement anticiper. Présent, futur ? L'image est un peu trop claire. Les Anciens déjà ne s'y trompaient pas, en définissant le pronostic comme la connaissance « du passé, du présent et du futur ». C'est cette clarté temporelle que vient à son tour troubler la notion récente de « diagnostic précoce ». Car si il consiste bien en une lecture de signes présents, déjà pathologiques ou susceptibles de le devenir, la recherche porte en amont, remontant aussi haut que possible.