Vous affichez les résultats de 1 à 9 sur un total de 9.
  • Maladie neurodégénérative, pour une continuité de l'identité

    Entretien réalisé par Patrice Dubosc, documentariste, Espace éthique/Ile-de-France

    Publié le : 15/06/2015 | Auteur : Jean-Luc Noël, Psychologue clinicien, Paris

  • Structure et représentations de la maladie en milieu african noir

    Approche transculturelle des constructions sociales de la maladie dans le milieu africain noir, à travers notamment la rencontre entre théories scientifique et profane : du discours à la pratique (annonce, maladies chroniques, douleurs, etc.)

    Publié le : 03/09/2014 | Auteur : Didier Ouédraogo, Professeur de philosophie, master Éthique, science, santé et société, Département de recherche en éthique, université Paris-Sud 11

  • L’hôpital public : lieu de soin ou lieu de culte ?

    Contre les lois républicaines, de nombreuses attitudes mettant à mal la laïcité et la neutralité religieuse des hôpitaux publics apparaissent.

    Publié le : 30/09/2013 | Auteur : Isabelle Lévy, Écrivain, conférencière et formatrice en milieu hospitalier et en institution, auteur

  • Tenir compte de la dimension culturelle des affections, en psychopathologie de l’enfant

    Comment comprendre la dimension culturelle des troubles et affections psychologiques des migrants, à travers l'exemple de l'enfant.

    Publié le : 13/01/2010 | Auteur : Taïeb Ferradji, Ethnopsychiatre

  • Grands prématurés : enjeux éthiques de la décision en néonatologie

    "Doit-on laisser mourir les enfants nés très prématurément, sous prétexte qu'ils ont un risque de survivre handicapé ? Une telle abstention ne s'apparente-t-elle pas à un meurtre par omission ? Et si l'on fait ce choix, comment définir le niveau de risque, le niveau de handicap qui, a priori, autoriserait de ne rien tenter pour sauver ces nouveau-nés ? Peut-on laisser survivre malgré tout ces enfants, ou doit-on arrêter les soins qui leur sont prodigués, c'est-à-dire arrêter leur vie ?"

    Publié le : 17/06/2003 | Auteur : Michel Dehan, Chef de service de pédiatrie et de réanimation néonatale, hôpital Antoine-Béclère, AP-HP

  • Quelle démarche palliative initier en réanimation ?

    "La prise en charge des patients dans un environnement très technologique ne s’oppose en rien à ce qu’ils puissent bénéficier des dispositions de l’article premier de la loi du 9 juin 1999 et de l’article L. 1110-10 du code de la santé publique, introduit par la loi du 4 mars 2002, explicitement cité dans quatre des quinze de la récente loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie."

    Publié le : 17/11/2005 | Auteur : Jean-Michel Boles, Service de réanimation médicale et urgences médicales, hôpital de la Cavale Blanche –CHU de Brest ERCS « Éthique, professionnalisme et santé », département de sciences humaines et sociales, faculté de Médecine et des Sciences de la Santé, Université de Br

  • Respect et présence de l'autre

    "La recherche de la présence à l'autre et de la présence de l'autre constitue le tissu même de notre vie la plus quotidienne. Sans elle, nous serions enfermés dans une errance solitaire, synonyme de détresse et de mort. Elle anime notre vie familiale, notre vie de travail, notre vie de loisirs, notre vie intellectuelle et notre vie politique."

    Publié le : 17/06/2003 | Auteur : Bernard Matray, Rédacteur en chef de la revue Laennec, accompagnateur

  • Principes de l'éthique médicale et interculturalité

    "Si le principe de bienfaisance est la pierre d'angle de l'éthique biomédicale, ce principe peut-il transcender les spécificités culturelles ? Peut-il être contesté par des cultures autres que celles à qui appartient la mise en œuvre de ce principe ? En un mot, la médecine est-elle plus qu'une culture pour étendre son territoire sur le monde humain ?"

    Publié le : 17/06/2003 | Auteur : Didier Sicard, Président d’honneur du Comité consultatif national d’éthique

  • Bénévolat et lien social des personnes vulnérables

    Les associations de bénévoles en milieu hospitalier et à domicile se réclament de valeurs communes : le principe de non-abandon des personnes vulnérables, l’approche globale de la personnes âgée, malade et handicapée dans la continuité et en complémentarité avec les soignants. Toutefois, des obstacles importants liés à la complexité du contexte de leur intervention ne peuvent être ignorés.

    Publié le : 20/06/2008 | Auteur : Françoise Demoulin, Responsable du bénévolat à la Fondation Claude Pompidou, présidente de l’Alliance nationale des associations en milieu de santé (ANAMS)