Vous affichez les résultats de 1 à 10 sur un total de 76.
  • L’euthanasie, mort solitaire ou solidaire?

    Cet article est tiré d'une intervention donnée dans le cadre des États généraux de la bioéthique

    Publié le : 03/05/2018 | Auteur : Anne-Laure Brison, Infirmière en soins palliatifs

  • Loi fin de vie : Obstination déraisonnable, refus du soin : poser des limites

    Rencontre organisée à la Mercredi 18 mai à la Mairie du 4e arrondissement de paris

    Publié le : 30/05/2016 | Auteur : Espace éthique/IDF

  • Philosophie de la décision en fin de vie : les termes du processus décisionnel

    Une soirée organisée le 24 mai 2016 en Salle du Conseil de l’Université Paris Descartes, 12 rue de l’Ecole de médecine, 75006 Paris

    Publié le : 30/05/2016 | Auteur : Espace éthique/IDF

  • Loi Fin de vie - Souffrances et douleurs , ce que l’on ne supporte plus

    Rencontre organisée le mardi 10 mai de 18h30 à 20h30 à la Mairie du 4e arrondissement de Paris

    Publié le : 12/05/2016 | Auteur : Espace éthique/IDF

  • Loi fin de vie : Sédation profonde et continue : distinguer le « laisser mourir » du « faire mourir »

    Rencontre organisée à la Mercredi 1er juin à la Mairie du 4e arrondissement de paris

    Publié le : 06/06/2016 | Auteur : Espace éthique/IDF

  • Une nouvelle loi, de « nouveaux droits », pour « bien mourir »

    "Témoin de ce qui transparait dans un échange vrai qui se construit patiemment lorsque la confiance s’instaure en dehors de toute forme de contrainte ou d’urgence, j’ai acquis la conviction que cette dimension d’humanité préservée jusqu’au bout du parcours de vie s’avère plus précieuse que bien des revendications assénées comme des évidences qui ne se contesteraient plus."

    Publié le : 02/05/2016 | Auteur : Emmanuel Hirsch, Directeur de l’Espace éthique de la région Ile-de-France, professeur d’éthique médicale, université Paris-Sud /Paris-Saclay

  • Tu ne tueras pas, ou « de la fraternité à la sollicitude »

    "Et c’est ainsi que des êtres humains, insensibles au visage d’autrui, à la chair d’autrui, minéralisés dans leur haine, ont brisé des vies humaines, des couples, des familles, des amis mais aussi tout le peuple des humains qui en France et dans le monde en a été bouleversé. De tels actes déchirent l’humanité et la rassemblent dans la souffrance."

    Publié le : 06/01/2016 | Auteur : Roger Gil, Professeur émérite de neurologie, Directeur de l’Espace éthique de Poitou-Charentes, CHU de Poitiers

  • Valeurs du soin et fin de vie : mise en danger et compétence soignante

    "Se battre ne va pas de gaité de cœur, mais il y a des ”guerres justes”. Autrefois, il y a bien longtemps le soignant et le médecin étaient comme désignés par leur vocation. « Il a la vocation », pouvait faire office de diplôme. De nos jours, le dévouement, la relation d’aide doivent nous suffire et convenir au patient. « On est là pour ça ? » Exprime-t-on l’acquiescement ou la résignation ? Le ”ça” interroge-t-il encore assez la raison ”d’être soignant” ?"

    Publié le : 11/03/2015 | Auteur : Nicole Pélicier, Psychiatre, Hôpital européen Georges Pompidou, AP-HP

  • Fin de vie : chaque mot peut donner à une loi un sens irréversible

    "Au lieu de questionner les pratiques médicales concernant la fin de vie et enjoindre les médecins à s’améliorer, tout en leur donnant les moyens adaptés, le politique a organisé un débat citoyen sur la fin de vie : « que souhaitez-vous de ces médecins qui s’occupent mal de vous » ? Examinons plutôt la cause essentielle du malaise."

    Publié le : 12/01/2015 | Auteur : Serge Duperret, Praticien hospitalier, Service de réanimation chirurgicale, HCL, Lyon, docteur en éthique, Université Paris-Sud - Paris-Saclay

  • « Il y a des morts à chaque fois que les mots deviennent petits »

    "Aujourd’hui, la puissance dévastatrice du verbe de certains lobbies, relayée à longueur de journaux télévisés et de débats orientés, dans un magma de mots confus et petits où se retrouvent des termes ambigus que chacun évite soigneusement d’expliciter, a fait son œuvre. Celles et ceux qui accompagnent l’être aimé dont la vie est suspendue à la compétence médicale et à l’usage d’appareils, ne savent plus si cette compétence sera mise au service de la vie ou de la « mort douce » dans un sommeil dit prolongé"

    Publié le : 19/01/2015 | Auteur : Catherine Ollivet, Présidente du Conseil d’orientation de l’Espace de réflexion éthique de la région Ile-de-France, Présidente de France Alzheimer 93

  • Pages