Vous affichez les résultats de 1 à 10 sur un total de 11.
  • Retour d'expérience sur la création, l'animation et le périmètre d'une structure d'éthque

    "Lorsque l’on débute une réflexion éthique, la confusion entre l’éthique en tant que composante de la philosophie et l’éthique du soin n’aide pas. Mais qui a véritablement l’envie de clarifier ce concept à l’hôpital ? Probablement une minorité. De plus, où se situe la frontière entre analyse de pratique et éthique, dans les représentations des soignants ?"

    Publié le : 26/09/2017 | Auteur : Serge Duperret, Praticien hospitalier, Service de réanimation chirurgicale, HCL, Lyon, docteur en éthique, Université Paris-Sud - Paris-Saclay

  • Initier une démarche éthique en établissement

    La réflexion éthique en établissement, à la fois démarche collective et individuelle, est un atout majeur dans la prise en charge d'un patient si elle est entamée rapidement, dès l'annonce du diagnostic.

    Publié le : 04/09/2014 | Auteur : Elisabeth Quignard, Médecin en gériatrie et soins palliatifs, Réseau régional Champagne Ardenne RéGéCAP

  • « On va encore me parler de ça… »

    "Comment laisser une liberté dans les contraintes du soin, laisser une autonomie à un sujet en perte d’autonomie? Un élément de réponse est sans doute dans le respect de sa parole et la clarification avec lui, des enjeux suscités par la maladie. De réfléchir avec le sujet. De parler, comme on le dit très justement, avec lui de sa maladie et non pas de lui parler de sa maladie. S’impose alors, de clarifier de quelle maladie il s’agit, de ne pas éviter d’utiliser le terme de la maladie d’Alzheimer."

    Publié le : 28/07/2014 | Auteur : Agnès Michon, Neurologue, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP-HP

  • Médecine militaire : l'action dans l'urgence et le sens du souci de l'autre

    "La problématique de l’urgence véritable trouve sa résolution en l’esprit de cohésion dans l’engagement. Mais aussi dans la préparation à ces situations. Gestes mille fois répétés, accumulation d’expériences vécues dans la réussite comme dans l’échec ; la mort est-elle un échec pour la médecine ? Doit-elle être vécue comme telle par les soignants ?"

    Publié le : 11/02/2014 | Auteur : Michel Paillet, Adjoint au chef de service de pharmacie, animateur de l'Espace de réflexion éthique Hôpital d’instruction des armées Percy, Clamart

  • L’oubli dans la Maladie d’Alzheimer : le vécu du patient

    Comprendre comment le sujet atteint de maladie d’Alzheimer vit ses oublis est souvent difficile. Si certains sujets sont douloureusement conscients de leurs troubles, la méconnaissance ou la sous-estimation du trouble liées à l’anosognosie, l’atteinte du langage, la perte du fil du discours, font qu’il est difficile de saisir ce que le patient ressent lui-même.

    Publié le : 11/10/2013 | Auteur : Agnès Michon, Neurologue, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP-HP / Marcela Gargiulo, Docteur en Psychologie, Fédération de Neurologie, groupe hospitalier Pitié- Salpêtrière, AP-HP

  • Pour une éthique du moindre mal

    Publié le : 30/09/2013 | Auteur : Jean-Pierre Couteron, Psychologue clinicien, Président de la Fédération Addiction

  • Autopsie - À la recherche de la vérité

    En quoi la médecine légale, notamment l'autopsie, contribue-t-elle à respecter et à promouvoir les droits des personnes ?

    Publié le : 30/09/2013 | Auteur : Jean-François Michard, Médecin légiste à la Direction Nationale de la médecine légale de Suède

  • L’éthique pour interroger les automatismes de la pratique médicale

    "L’exercice de la médecine s’inscrit toujours dans une pratique et des institutions qui comportent structurelement le risque d’effacer ou d’occulter la subjectivité des maladesé"

    Publié le : 30/09/2013 | Auteur : Aurélien Dutier, Post-doctorant en éthique médicale à l’Université Paris Descartes au sein du Laboratoire d’éthique Médicale et de Médecine Légale de Paris V

  • Approche transculturelle de l'éthique biomédicale

    Il existe, d'emblée, un déséquilibre entre le soignant détenteur du pouvoir biomédical, et le soigné amoindri par sa maladie. L'appartenance du patient à une culture différente de celle de son soignant est de nature à apporter une distorsion supplémentaire à leur relation, voire à majorer le déséquilibre de puissance entre les deux parties.

    Publié le : 17/06/2003 | Auteur : Ali Chadly, Chef de service de médecine légale, droit et éthique de la médecine, hôpital universitaire de Fattouma Bourguiba, Monastir, Tunisie

  • Réalités de l’annonce difficile : Un observateur de la relation médecin/malade

    Analyse de situations complexes de diagnostics létaux, dans un service de gastroentérologie pancréatologie. Dans ce contexte particulier d'annonce de la maladie grave, avec un pronostic vital fréquemment engagé dans des délais courts, quels type de liens se nouent entre le médecin et le malade ? Quel rapport, quels échanges, quelles "attaches" ?

    Publié le : 20/04/2009 | Auteur : Bénédicte Chanal, Psychologue clinicienne, service de gastroentérologie/pancréatologie, Hôpital Beaujon, AP-HP

  • Pages