Vous affichez les résultats de 1 à 10 sur un total de 12.
  • Responsabilités à l’égard des pays émergents : face à une urgence de santé publique

    "En quoi les enjeux éthiques posés par les plans de réponse à la pandémie grippale ont-ils, en général, un aspect particulier pour les pays pauvres ?"

    Publié le : 08/09/2014 | Auteur : Fraçois Simondon, Membre du CCDE (Comité consultatif de déontologie et d’éthique) de l’IRD (Institut de recherche pour le développement), Directeur de l’unité de recherche 024 épidémiologie et prévention, IRD

  • Épidémie d’Ebola : enjeux éthiques

    Le virus Ebola a été identifié en 1976 et depuis, les épidémiologistes en suivent les phases critiques sans que pour autant l’enjeu soit estimé encore digne d’y investir les compétences et les moyens conséquents qui s’imposaient. En Afrique de l’Ouest près de 20000 personnes pourraient être contaminées dans les prochains mois ; à ce jour on déplore près de 2000 décès.

    Publié le : 08/09/2014 | Auteur : Emmanuel Hirsch, Directeur de l’Espace éthique de la région Ile-de-France, professeur d’éthique médicale, université Paris-Sud /Paris-Saclay

  • Dossier thématique de la Fondation Médéric Alzheimer : cultures, diversités, identités

    Un dossier thématique de la Fondation Médéric Alzheimer, publié le 15 mai 2014

    Publié le : 05/06/2014 | Auteur : Fondation Médéric Alzheimer

  • Face aux pays en développement

    Dossier thématique suite à la réunion du groupe de travail

    Publié le : 18/02/1997 | Auteur : Espace éthique/IDF / Groupe Miramion

  • Annoncer la mauvaise nouvelle - Apport transculturel

    Dans le milieu traditionnel africain noir, la nouvelle grave est située dans la graduation de la souffrance du patient. L’évolution de la maladie, lorsqu’elle atteint un certain degré de gravité, alerte la communauté, en exige la présence. Cette présence s’accomplit selon une échelle de responsabilités réparties au sein du groupe. Mais qu’est-ce qu’une mauvaise nouvelle ?

    Publié le : 27/09/2013 | Auteur : Didier Ouédraogo, Professeur de philosophie, master Éthique, science, santé et société, Département de recherche en éthique, université Paris-Sud 11

  • Approche transculturelle de l'éthique biomédicale

    Il existe, d'emblée, un déséquilibre entre le soignant détenteur du pouvoir biomédical, et le soigné amoindri par sa maladie. L'appartenance du patient à une culture différente de celle de son soignant est de nature à apporter une distorsion supplémentaire à leur relation, voire à majorer le déséquilibre de puissance entre les deux parties.

    Publié le : 17/06/2003 | Auteur : Ali Chadly, Chef de service de médecine légale, droit et éthique de la médecine, hôpital universitaire de Fattouma Bourguiba, Monastir, Tunisie

  • Déclaration de Copenhague

    Déclaration de Copenhague, publiée à l'issue du Sommet mondial pour le développement social (1995)

    Publié le : 17/06/1995 | Auteur : Organisation des Nations Unies

  • Droits de l'homme : l'exigence de valeurs communes

    Ce texte inédit est publié en hommage à Jonathan Mann et à Mary Lou Clements-Mann est tiré d'entretiens avec Emmanuel Hirsch. In Droits de l'homme et pratiques soignante, textes de référence 1948-2001, 2è edition augmentée, AP-HP/Doin 2001

    Publié le : 17/06/2003 | Auteur : Jonathan Mann, Professeur de Santé publique et Droits de l'homme, École de santé publique, Université de Harvard, États-Unis

  • Principes de l'éthique médicale et interculturalité

    "Si le principe de bienfaisance est la pierre d'angle de l'éthique biomédicale, ce principe peut-il transcender les spécificités culturelles ? Peut-il être contesté par des cultures autres que celles à qui appartient la mise en œuvre de ce principe ? En un mot, la médecine est-elle plus qu'une culture pour étendre son territoire sur le monde humain ?"

    Publié le : 17/06/2003 | Auteur : Didier Sicard, Président d’honneur du Comité consultatif national d’éthique

  • L’idée de partage, un nouvel esprit éthique

    "Partager une joie, c’est transcender la vision d’une humanité divisée, fragmentée ; d’une humanité constituée d’individus atomisés jouant chacun pour soi sa partie ou son rôle sur la scène du théâtre social. Comme l’a montré en son temps Spinoza, partager c’est alors l’un par l’autre, dans cette union affective autant que rationnelle, amplifier le sentiment d’une commune humanité."

    Publié le : 16/05/2006 | Auteur : Dominique Lecourt, Philosophe, Président du Comité d’éthique de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), professeur de philosophie à l’Université de Paris 7, directeur du Centre Georges Canguilhem

  • Pages