Vous affichez les résultats de 1 à 2 sur un total de 2.
  • Ceux qui prennent soin ont quelque chose à dire aux citoyens d’aujourd’hui

    Le soin est une activité première dans l’humanité. Là où il y a du vivant, il faut qu’on en prenne soin pour que ce vivant puisse vivre, exister. Si l’on ne porte pas une attention particulière au vivant, à son existence, si on n’en prend pas soin, il s’abîme, se détériore, meurt. Le soin, le prendre soin, n’est pas réservé aux soignants ou aux professionnels de santé. Toutes les activités de l’existence relèvent du prendre soin et toute relation humaine est une expression du soin.

    Publié le : 18/02/2016 | Auteur : Clémence Joly, Médecin, responsable de l’unité de soins palliatifs, Centre hospitalier de Pont Audemer (Eure)

  • Faut-il transformer les unités de soins en « dormoirs » ?

    La proposition de loi Claeys-Leonetti, en proposant « une sédation profonde et continue (…) jusqu’au décès associée à une analgésie et à l’arrêt de l’ensemble des traitements de maintien en vie » à « la demande du patient d’éviter toute souffrance et de ne pas prolonger inutilement sa vie » crée un droit-créance. En cela, elle reflète parfaitement la postmodernité occidentale, avec sa tendance à réifier la personne et à utiliser chacun « comme un moyen et non toujours comme une fin ».

    Publié le : 02/03/2015 | Auteur : Clémence Joly, Médecin, responsable de l’unité de soins palliatifs, Centre hospitalier de Pont Audemer (Eure)