Vous affichez les résultats de 1 à 10 sur un total de 23.
  • Approche transculturelle de l'éthique biomédicale

    Il existe, d'emblée, un déséquilibre entre le soignant détenteur du pouvoir biomédical, et le soigné amoindri par sa maladie. L'appartenance du patient à une culture différente de celle de son soignant est de nature à apporter une distorsion supplémentaire à leur relation, voire à majorer le déséquilibre de puissance entre les deux parties.

    Publié le : 17/06/2003 | Auteur : Ali Chadly, Chef de service de médecine légale, droit et éthique de la médecine, hôpital universitaire de Fattouma Bourguiba, Monastir, Tunisie

  • Approches pratiques des valeurs du soin : Angleterre, États-Unis et Canada

    Un dossier thématique pour mieux comprendre le sens du terme "valeur" dans les milieux du soin dans la culture anglosaxonne.

    Publié le : 21/03/2016 | Auteur : Robin Michalon, Chercheur associé en sciences politiques, Espace de réflexion éthique de la région Ile-de-France

  • Aspects éthiques des situations de refus et arrêt de traitement

    Une thèse de doctorat questionnant le refus de soin autour d'une triple approche : la personne malade, les professionnels de santé et les citoyens.

    Publié le : 31/03/2016 | Auteur : Pierre Basset, Médecin responsable de l’unité douleur et soins palliatifs, hôpital de Chambéry

  • Charte du patient hospitalisé

    La charte de la personne hospitalisée constitue une actualisation de la charte du patient hospitalisé de 1995, rendue nécessaire par l’évolution des textes législatifs, notamment les lois du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, du 6 août 2004 relative à la bioéthique, du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique et du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie.

    Publié le : 17/06/2003 | Auteur : Ministère de la Santé

  • Charte européenne du malade usager de l'hôpital

    Charte adoptée par le Comité hospitalier de la Communauté économique européenne, 1979

    Publié le : 17/06/2003 | Auteur : Comité hospitalier de la Communauté économique européenne

  • Déclaration d'Helsinki - Éthiques du consentement et de l'information

    "C'est un truisme que de dire que la communication avec une personne doit être adaptée à son environnement socio-culturel et à son niveau lexical supposé. Et pourtant, il est malheureusement d'observation courante que de nombreux conflits, aboutissant d'ailleurs souvent à des plaintes contre les médecins, naissent du fait que l'information qu'a cru donner le médecin au patient n'a pas été intégrée par la personne ou a été comprise de façon inadéquate, ou bien est jugée, a posteriori, insuffisante, incomplète voire inexacte."

    Publié le : 19/06/2014 | Auteur : Pierre Hecquard, Conseiller technique de l’Ordre national des médecins

  • Enquête nationale : Éthique et pratiques hospitalières

    Une enquête menée en fin d'année 2002 autour des mutations et évolution de la culture soignantes et des aspects éthiques qu'elle véhicule.

    Publié le : 06/08/2003 | Auteur : Espace éthique/IDF

  • Espace éthique 1995 2015 : Un anniversaire

    À l’occasion des vingt ans de l’Espace éthique (1995/2015), quatre femmes, quatre personnalités, venus d'horizons à chaque fois singuliers, nous parlent de leurs liens et de l'histoire qu'elles ont partagée avec l'Espace éthique.

    Publié le : 14/04/2016 | Auteur : Espace éthique/IDF

  • La bonne distance du soignant

    "Évidemment, il y a une nécessité pratique de la norme. On ne soigne pas dans l’improvisation. On ne diagnostique pas n’importe comment, on ne propose pas n’importe quel traitement, on n’administre pas un traitement de n’importe quelle façon. Mais cela reste une nécessité pratique, alors qu’elle envahit tout le reste."

    Publié le : 09/01/2012 | Auteur : Serge Duperret, Praticien hospitalier, Service de réanimation chirurgicale, HCL, Lyon, docteur en éthique, Université Paris-Sud - Paris-Saclay

  • La contention, lutte de places par tiers inerposés ?

    "Mais jugulera-t-on son propre effroi par l’inversion du rapport de forces : en étouffant les voix, en empêchant les gestes ? Le délire, c’est l’inconscient qui parle… quand il en a encore les moyens"

    Publié le : 07/12/2016 | Auteur : Sylviane Grandpierre, Ancienne enseignante-chercheur

  • Pages