Vous affichez les résultats de 1 à 4 sur un total de 4.
  • Ce que signifie cette première confrontation avec la maladie d'Alzheimer

    "Les premiers oublis ou défaillances dans la vie quotidienne, comme éprouvés ou signes annonciateurs de désordres cognitifs et de désarrois psychiques, sont un moment sensible de fragilisation pour la personne. Ils interrogent tout à la fois son sentiment d'identité et son sentiment de cohérence, mais aussi par représentation anticipatrice son devenir probable ou possible."

    Publié le : 18/11/2013 | Auteur : Pascale Gérardin, Psychologue clinicienne, CMRR Lorraine, CHU de Nancy

  • Le temps du « soin » ?

    Le soin et le prendre soin sont inscrits dans une relation duelle fondée sur la considération et la réciprocité entre le soignant et la personne vulnérable. À la suite des attentats traumatiques de novembre 2015, la relation de soin est à la fois le lieu de vie où l’on peut échanger et guérir, mais aussi le vecteur de valeurs d’humanité.

    Publié le : 09/03/2016 | Auteur : Pascale Gérardin, Psychologue clinicienne, CMRR Lorraine, CHU de Nancy

  • Relation à l’autre et communication : pour la réciprocité d’échanges possibles et féconds

    "Les troubles cognitifs peuvent être invalidants et induire une mise à distance de la personne. Réintroduire la notion de sujet permet de supposer la réciprocité d’un échange possible. Penser cette réciprocité éviterait de céder à la tentation d’exclure toute forme de relation, alors même que les personnes s’en excluent parfois elles-mêmes par leur conscience accrue de leurs difficultés. Nul besoin alors de renforcer davantage le retrait de la personne par nos propres difficultés en retour qui doivent également être prises en considération. Chacun se préservant de l’autre dans ce jeu de considération négative."

    Publié le : 28/07/2014 | Auteur : Pascale Gérardin, Psychologue clinicienne, CMRR Lorraine, CHU de Nancy

  • Troubles cognitifs et communication : pour la réciprocité d’échanges possibles et féconds

    "Si le guide du voyageur perdu dans le dédale des relations humaines pourrait nous être fort précieux, que dire alors de la communication perturbée et troublée par des atteintes du langage ou de la mémoire ?"

    Publié le : 23/09/2015 | Auteur : Pascale Gérardin, Psychologue clinicienne, CMRR Lorraine, CHU de Nancy