Vous affichez les résultats de 1 à 10 sur un total de 1348.
  • "Autrefois on gardait ses vieux..."

    "Monsieur P va sans doute mourir dans quelques jours. Il a 82 ans, ancien agriculteur, il vit avec sa femme à proximité de leur fille ainée retraitée et divorcée venue vivre près de la ferme familiale. Je ne l’ai rencontré qu’à deux reprises, la première fois sa fille cadette l’a accompagné à la consultation. La première fois, il est arrivé en pyjama, les mots étaient difficiles à entendre."

    Publié le : 11/12/2015 | Auteur : Geneviève Demoures, Psycho-gériatre, chef de service, Le verger des Balans

  • "Chez moi"

    "Ce lieu où je suis la maitresse du temps et des choses. Lieu des souvenirs, lieu du présent, parfois lieu d’enfermement pour certains."

    Publié le : 27/01/2014 | Auteur : Catherine Ollivet, Présidente du Conseil d’orientation de l’Espace de réflexion éthique de la région Ile-de-France, Présidente de France Alzheimer 93

  • "Dans chaque jour plus de vie que d’amertume"

    "Ce que je ne veux pasn, c’est que l’on disqualifie Philippe sous prétexte de m’aider à me déculpabiliser. Que l’on me dise à quel point il va devenir insupportable de vivre avec lui et donc qu’il sera normal que moi, sa femme, j’accepte qu’on le mette dans un établissement sans doute contre son gré où il sera privé de sa liberté."

    Publié le : 23/09/2015 | Auteur : Mina Blanchard, Proche d'une personne atteinte par la maladie d'Alzheimer

  • "Dans la vallée des larmes"

    Intervention de Patrick Autréaux à l'Espace éthique en avril 2015.

    Publié le : 04/05/2015 | Auteur : Patrick Autréaux, Écrivain, auteur notamment de Dans la vallée des larmes (Gallimard 2009) et Le dedans des choses (Gallimard 2012)

  • "Face à une position qui semble relever du déni ou de l'incompréhension"

    "Cette méconnaissance de ses troubles par le malade relève soit de l'anosognosie, soit du déni, soit de la négation voire de l'incompréhension liée aux troubles du langage. En tout état de cause, elle contrarie la relation, les prises de décision et l'aide que l'on pourrait apporter au malade. C'est pour cette raison qu'il convient d'analyser et de comprendre ce qui se joue précisément chez le malade afin de trouver les réponses et les modalités d'intervention les plus pertinentes."

    Publié le : 18/11/2013 | Auteur : Jean-Luc Noël, Psychologue clinicien, Paris

  • "Je n’ai pas de définition de la dignité"

    Hommage à Claude Jasmin, professeur d'oncologie mort samedi 19 août 2017

    Publié le : 23/08/2017 | Auteur : Claude Jasmin, Professeur de cancérologie / Emmanuel Hirsch, Directeur de l’Espace éthique de la région Ile-de-France, professeur d’éthique médicale, université Paris-Sud /Paris-Saclay

  • "Jouer derrière soi pour aller de l’avant"

    "Penser la République à l’aune du soin, c’est donc lui permettre de se redécouvrir pleinement réconciliée avec elle-même et ainsi rendue plus disponible à l’Autre : notre République ne saurait grandir en assujettissant les libertés, mais en proposant à chacun une liberté qui le dépasse."

    Publié le : 14/12/2015 | Auteur : Thierry Calvat, Conseil en communication

  • "J’essaie d’ajuster ma tête et mon corps"

    "La privation de la parole m’a fait comprendre ce que parler veut dire. Eh bien parler signifie peut-être vivre en paix. Je vois la maladie neuro-dégénérative, en particulier la SLA, comme une monstruosité. Quelle peut bien être sa signification ? Que nous montre-t-elle ?"

    Publié le : 23/07/2015 | Auteur : Frédéric Badré, Écrivain, auteur de La grande santé, Paris, Seuil 2015

  • "Le temps des renoncements et des ruptures possibles"

    Mettre un mot sur certaines défaillances et craintes ou apprendre un statut prédisposant entraîne inévitablement pour le sujet des modifications dans l'appréhension de son futur imaginé en possession de ses moyens intellectuels, de sa liberté de son autonomie. Y renoncer, renoncer à un espoir de guérison, renoncer au contrôle de son existence, à l'image de soi ?

    Publié le : 18/11/2013 | Auteur : Agnès Michon, Neurologue, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP-HP

  • "L’expert de la vie avec la maladie, c’est la personne malade"

    Jeudi 16 janvier 2014, dans le cadre de la cérémonie des vœux du Directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch, Thomas Sannié a présenté avec beaucoup de justesse sa perception des valeurs engagées dans la relation de soin au sein des hôpitaux. C’est à travers ce message que l’équipe de l’Espace éthique AP-HP/IDF souhaite formuler ses vœux à celles et ceux qui font confiance à notre hôpital public, à celles et à ceux qui le font vivre au quotidien et assumer ses missions au service de tous.

    Publié le : 20/01/2014 | Auteur : Thomas Sannié, Président de l’association française des hémophiles, représentant des usagers au Conseil de surveillance de l’AP-HP

  • Pages