Valeurs de la République, du soin et de l'accompagnement

L’espace du soin et celui de l’accompagnement constituent un lieu emblématique de la vie démocratique. Créer les conditions d’une concertation nationale peut enrichir la société de questionnements qui font sens et s’imposent à elle aujourd’hui pour refonder la République.

Publié le : 04 Décembre 2015

« Et puis, d’une manière quelque peu inattendue, nous nous sommes mis à parler le langage des droits de l’homme et de la dignité humaine. » Jonathan M. Mann

 

Les forums de l'Initiative

L'initiative

L'Espace éthique de la région Île-de-France a lancé le 10 décembre 2015 - Journée internationale des droits de l’homme - l'initiative « Valeurs de la République, du soin et de l'accompagnement ». Le dispositif, présenté dans ce dossier, est adossé à l’expertise d’un comité d’honneur et d’un conseil d’orientation.
Il s’agit de mieux faire connaître et reconnaître les valeurs du soin dans le cadre de la concertation nationale portant sur la refondation des valeurs de la République.
Entre autres démarches, cette initiative propose des forums citoyens, organisés à la Mairie du 4èmearrondissement de Paris, qui permettront à un large public de discuter et d’approfondir les valeurs du soin et de l’accompagnement (par exemple justice, tolérance, transparence, impartialité...).
Qu’en est-il aujourd’hui dans notre République de la sollicitude et des solidarités à l’égard des personnes en situation de vulnérabilités humaines et sociales du fait de la maladie, des handicaps, du vieillissement ou des pertes d’autonomie ? Au-delà de la sphère médicale ou médico-sociale, d’autres expressions du care sont impliquées dans cette dynamique de la réflexion partagée (justice, éducation, sécurité publique, etc.).
Ces forums permettront à cette concertation nationale de présenter une analyse des situations, une valorisation des diverses initiatives de terrain (professionnelles et associatives) et des propositions d’action dans le cadre d’un forum national organisé à Paris début 2017. Cette rencontre solennelle donnera lieu aussi bien à une restitution des expériences qu’à des expertises. Elle permettra de présenter une plateforme de propositions et des projets en termes de débats, de sensibilisations, de formations et d’initiatives concrètes.
La dynamique ainsi engagée, qui se développera dans un premier temps en 2016, associera progressivement d’autres compétences professionnelles et associatives investies dans des missions au service de la personne et de la société (justice, éducation, sécurité, etc.).

Repenser la démocratie à travers les valeurs du soin ?

La démarche que nous proposons vise à susciter (ou du moins à aviver) une dynamique de la réflexion partagée qu’imposent les mutations sociologiques, les évolutions biomédicales tout autant que la médicalisation, souvent par défaut, de « questions de société ». Ces « influences » du soin, en elles-mêmes ni bonnes ni mauvaises, tout autant que les valeurs du soin doivent être identifiées et pensées sans quoi nous ne pourrons aspirer qu’à un « soin sous influence ».  Du reste, ces questions ne doivent plus être envisagées seulement dans le cadre d’une approche professionnelle. Les mentalités, les normes sociales et les modes de vie actuels nous incitent à nous les approprier.
Que signifie soigner l’autre et l’accompagner, lui consacrer une attention dans un contexte où l’individualisme, la solitude, la culture de l’instant présent ainsi que nos représentations humaines et sociales semblent altérer les principes qui rassemblent et unissent autour d’engagements communs, voire une certaine idée de la fraternité ?
Il convient de rappeler que l’expression d’une considération “humanitaire” accordée à l’autre en situation de péril ou de précarité extrême est intervenue dans le champ des pratiques soignantes. Elle est même parvenue à imposer aux responsables politiques une conception inédite de l’ingérence en référence à des valeurs d’universalité.
Dès lors quelques questions nous paraissent à la fois recevables et justifiant une concertation :
En quoi le soin et l’accompagnement médico-social constituent-t-ils encore une forme de modèle, un “idéal” susceptible d’inspirer voire de restaurer une certaine conscience de l’autre, une confiance en l’autre que semblerait exprimer la notion du care si souvent sollicitée et pourtant rarement intégrée dans les faits à nos choix politiques ?
L’expérience du soin et de l’accompagnement, voire son expertise, peuvent-elles produire un savoir, des repères, des lignes de conduite utiles au projet démocratique qu’il convient de repenser, ensemble ?
Nous avons la conviction que l’espace du soin et celui de l’accompagnement constitue un lieu emblématique de la vie démocratique, et que créer les conditions d’une concertation argumentée qui dépasse les seuls aspects de la maladie ou des contingences gestionnaires de la santé publique peut enrichir la société de questionnements qui font sens et s’imposent à elle aujourd’hui.