/

De nouveaux territoires pour l'éthique de la recherche : Repères, responsabilités et enjeux

Deuxième colloque interdisciplinaire POLETHIS, le mercredi 14 novembre 2018, 9h45-17h30 à Paris

Publié le : 30 Octobre 2018

Haut patronage de Madame Frédérique Vidal
Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

 

De nouveaux territoires pour l'éthique de la recherche

En quoi les territoires classiques de l'éthique de la recherche peuvent ou doivent évoluer ?

Dans la dynamique des États Généraux de la bioéthique (janvier-mai 2018), nous constatons que le champ de questionnement de la bioéthique s'est considérablement élargi, embrassant des thématiques scientifiques et techniques toujours plus complexes et transversales. L'éthique de la recherche se retrouve ainsi au cœur des discussions là où il s'agit d'interroger les valeurs, finalités et conséquences d'innovations scientifiques et techniques considérablement impliquées dans la société. L'enjeu de ce deuxième colloque du POLETHIS est de partir de ce constat pour interroger en quoi les territoires classiques de l'éthique de la recherche peuvent ou doivent évoluer.
 
L'éthique de la recherche scientifique devient une préoccupation grandissante dont l'arrière-plan philosophique est davantage lié à une éthique de la responsabilité. À cet égard, la réflexion de Hans Jonas marque une étape importante. Nous pouvons le constater à la lecture des différentes déclarations internationales comme la Déclaration de Singapour sur l'intégrité en recherche. L'enjeu est ici de définir les contours de la responsabilité du scientifique et de la communauté scientifique, avec une volonté affichée, bien que difficile à mettre en œuvre, de questionner la conception classique de la responsabilité pour lui adjoindre une dimension collective et prospective. Dans les faits, l'éthique de la recherche s'articule  principalement autour d'une réflexion sur des pratiques de recherche intègre et responsable, relativement peu autour des finalités de la recherche elle-même et de ses liens avec la société.
 

Redéfinir le contrat qui lie science et société ?

Des sujets émergents comme l'intelligence artificielle, l'édition du génome ou encore les neurosciences viennent bousculer les fondements d'une éthique de la recherche : ils nous obligeant à en interroger les méthodes et les territoires. À l'instar d'une bioéthique qui semble revenir à des préoccupations plus transversales et non essentiellement biomédicales, impliquant humains et non-humains, l'enjeu pour l'éthique de la recherche n'est-il pas de construire une culture éthique partagée de la responsabilité, attentive tout autant au caractère intègre d'une communauté qu'au caractère fondamentalement impliqué de son activité dans la société et au sein d'un environnement vulnérable ? Autrement dit, en complémentarité avec la régulation des pratiques d'une communauté professionnelle, les nouveaux territoires de l'éthique de la recherche ne se trouvent-ils pas du côté d'une redéfinition du contrat qui lie science et société, témoignant un souci à la fois aux responsabilités engagées et aux vulnérabilités suscitées par l’impact de certaines innovations ? 
 
Mercredi 14 novembre 2018, 9h45-17h30, Institut d’études avancées
17, quai d’Anjou – Paris

Inscription gratuite dans la limite des places disponibles :
https://www.universite-paris-saclay.fr/fr/formulaire-dinscription-au-2em...
 

Programme

Ouverture – 9h45
Gille Bloch
Président de l’Université Paris-Saclay
 
1ère session – 10h00/12h - Refonder une éthique de la recherche aujourd'hui ?
Modération : Emmanuel Hirsch, Professeur des universités, Université Paris-Sud-Paris-Saclay, président du Conseil pour l'éthique de la recherche et l'intégrité scientifique de l'Université Paris-Saclay
 
Intervenant/es :
Virginie Pirard, responsable de la Cellule éthique de l'Institut Pasteur (Paris)
Annick Jacq, Directrice de recherche à l'Institut de Biologie Intégrative de la cellule, Université Paris-Sud-Paris-Saclay/CNRS/CEA, chercheuse associée au GDHSO (Groupe d'Histoire et de Diffusion des Sciences d'Orsay)
 
 
2ème session 13h30/15h30 – Intégrité scientifique : un retour de la morale dans les sciences ?
Modération : Frédérique Coulée, Professeur de Droit, Faculté Jean Monnet, Université Paris-Sud-Paris-Saclay, membre du conseil de POLETHIS
 
Intervenant/es :
Olivier Le Gall, Président du Conseil français de l'Intégrité Scientifique
Michèle Leduc, Directrice de recherche émérite CNRS, membre du COMETS (Comité d'éthique du CNRS) et de l'OFIS (Office Français de l'Intégrité Scientifique)
 
 
3ème session – 15h30/17h30 - Responsabilité sociale : vers un nouveau contrat social entre science et société ?
Modération : Léo Coutellec, Maître de conférence, Université Paris-Sud-Paris-Saclay, membre du conseil de POLETHIS
 
Intervenant/es :
Miguel Benasayag, Philosophe, chercheur en épistémologie, Alexei Grinbaum, Philosophe, chercheur au Laboratoire de Recherche sur les Sciences de la Matière, CEA- Saclay
 
 
Conclusion
 

La démarche POLETHIS

Le Conseil pour l’éthique de la recherche et l’intégrité de l’Université Paris-Saclay (POLÉTHIS) se fixe l’objectif de contribuer avec l’ensemble de la communauté universitaire à penser, partager et faire vivre les valeurs qui inspirent une démarche scientifique responsable.
Les missions d’une université ouverte sur le monde, attentive à produire des connaissances et des technologies qui servent nos valeurs d’humanité, relèvent d’un engagement à la fois éthique et politique. Notre volonté est de soutenir une exigence d’approfondissements, d’analyses contradictoires, de confrontations d’idées dans les domaines :  elle nous impose l’esprit critique et donc une certaine liberté de penser. La réflexion éthique est un exercice de responsabilité partagée.

Cédit photo :

Photo by rawpixel on Unsplash