/

Journée du refus de de la misère

Le 17 octobre 2013, une journée pour mettre en lumière ceux qui se battent tous les jours contre la pauvreté, à commencer par ceux qui la subissent

Publié le : 15 Octobre 2013

ATD Quart Monde organise le 17 octobre la Journée mondiale du refus de la misère, durant laquelle plusieurs villes de France.
Pour découvrir le site de l'événement, suivez le lien situé à droite.

Événements

A Paris
15h-16h, M. Bartolone, Président de l'Assemblée nationale, recevra une délégation de personnes vivant dans la pauvreté venant du Nord, d'Alsace, de Bretagne, d'Ile de France et des Pays de la Loire pour dialoguer avec des députés sur la place des personnes en situation de pauvreté dans l'élaboration des politiques publiques. Une marche citoyenne contre les préjugés lancée en présence de Mmes Hidalgo et Trostiansky amènera tous les combattants de la misère des Invalides au Trocadéro
18h-19h Cérémonie officielle avec théâtre-forum, chants, témoignages, interpellation, en présence de Mme Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, Mme Carlotti, Ministre déléguée aux personnes handicapées et à la lutte contre l'exclusion, et M. Baudis, Défenseur des droits.

À Marseille
Rencontres inattendues : du 17 au 19 octobre, 3 jours de projections de courts et longs métrages, d'expos photo, d'échanges sur le combat quotidien qu'implique la misère. Certains réalisés avec des personnes en situation de précarité.

À Rennes
Mme Pau-Langevin, Ministre déléguée en charge de la réussite éducative, viendra à la rencontre des militants d'ATD Quart Monde pour découvrir l'outil qu'ils ont conçu en partenariat avec le rectorat pour faire comprendre aux enseignants l'importance de la place des parents dans l'école pour la réussite de tous les enfants.
A 18h projection du film Le sac ma maison, témoignage de personnes vivant à la rue expliquant comment ils ont retrouvé leur dignité.

À Montpellier
18h Conférence inversée : Son objectif est de faire entendre la parole et les réflexions des personnes qui subissent la violence et la discrimination liée à la pauvreté dans leur vie, dans leur travail quotidien.