Notre Newsletter
    Vous affichez les résultats de 1 à 10 sur un total de 25.
  • Sortir de l'institution, un accompagnement qui engage dans une continuité

    Entretien entre Audrey Paris, Psychologue, EHPAD et SSIAD de Villeneuve-de-Marsan, et Patrice Dubosc, Espace éthique/IDF.

    Publié le : 18/10/2018 | Auteur : Audrey Paris , Psychologue, EHPAD et SSIAD de Villeneuve-de-Marsan

  • Adapter les soins, apprivoiser l’incertitude : un travail collégial et collaboratif

    "Les décisions prises au décours d’une procédure collégiale ne préjugent pas d’une évolution univoque : elles nécessitent adaptation et humilité."

    Publié le : 09/03/2017 | Auteur : Danièle Lafaye , Cadre de santé Equipe Mobile – Service d’Accompagnement et de Soins Palliatifs – CHU de Bordeaux / Sylvie Preuilh , Inifirmière Equipe Mobile – Service d’Accompagnement et de Soins Palliatifs – CHU de Bordeaux / Bernard Paternostre , Médecin Equipe Mobile – Service d’Accompagnement et de Soins Palliatifs – CHU de Bordeaux

  • Le cerveau, un des lieux de l’identité ?

    "« En quoi les maladies neurodégénératives posent-elles des questions d’identité ? » et y entendre d’emblée d’autres résonnances. Ces maladies font-elles perdre l’identité ? Que craindrait-on pour les patients s’ils perdaient identité pour cause cérébrale ? Leur part essentielle, vitale ? Leur principe spirituel ? Ce qui les anime : leur force propre d’action, de perception des événements et de réaction ? Leur capacité de rêve ?"

    Publié le : 04/01/2017 | Auteur : Emmanuel Fournier , Professeur à l’université Pierre et Marie Curie (UPMC, Paris VI), responsable du département d’Éthique de l’université et du département de Physiologie de la faculté de médecine Pitié-Salpêtrière

  • La personne malade et son entourage : anticiper, faire face au quotidien dans la durée

    "Vivre cette maladie, c’est aussi éprouver les risques pour le couple et conjurer ce risque : « la maladie nous a détruits, mais elle ne détruira pas notre couple ! » Comment rester le conjoint quand l’essentiel des gestes sont ceux d’un soignant ?"

    Publié le : 23/09/2015 | Auteur : Pascal Antoine , Professeur de psychopathologie, laboratoire URECA EA 1059, Labex DISTALZ, université Lille 3

  • L’éthique du soin au cœur des petites choses

    "Ces petites choses, comme ils nous disent, on les dit petites car elles sont non visibles, non mesurables. On parle de choses, car elles ne sont pas nommées, elles ne sont pas prescrites. C’est un geste, une parole, un silence, un sourire, une présence… Ce qui permet au patient de se sentir propre, de se sentir vivant, de se reconnaître, de garder confiance…"

    Publié le : 20/02/2014 | Auteur : Marie-Claude Vallejo , Cadre de santé, CHU de Toulouse, doctorante au Département de recherche éthique, université Paris Sud, auteure de Une approche philosophique du soin. L’éthique au cœur des petites choses, éditions érès

  • En oncologie pédiatrique, une forme particulière d'exigence

    Comment parler de la maladie aux enfants qui en souffrent, quelles relations nouer ? Le domaine de l'oncologie pédiatrique, véritable travail de "funambule", est également touché de manière forte par les évolutions des attentes des patients, et dans ce cas, de leurs parents. Dans ce contexte si particulier et perçu comme si injuste, quelle nouvelle forme d'exigence inventer ?

    Publié le : 13/12/2013 | Auteur : Franck Bourdeaut , MD, PhD, INSERM U830 & Département d'oncologie pédiatrique, Institut Curie, Paris

  • Maladie d'Alzheimer : Comment restaurer un projet d'existence ?

    Entretien réalisé dans le cadre de l’Université d’été Alzheimer, éthique et société 2013

    Publié le : 15/11/2013 | Auteur : Pascal Antoine , Professeur de psychopathologie, laboratoire URECA EA 1059, Labex DISTALZ, université Lille 3

  • Être en relation avec une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer: réflexions autour de l'annonce du diagnostic

    A quel point un sujet « dément » ou atteint de maladie d’Alzheimer est-il considéré comme un sujet actif capable d’agir sur son histoire ? Comment est pris en compte son vécu subjectif ? Quelle est la valeur de son discours ? Combien de patients sont au courant de la maladie qui les touche ? Quelle place donne-t-on à l’individu atteint et quelle est la place de la maladie dans le regard que l’on porte sur lui et dans la relation?

    Publié le : 11/10/2013 | Auteur : Agnès Michon , Neurologue, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP-HP

  • Une offre de soins dans un contexte interdisciplinaire

    Publié le : 02/10/2013 | Auteur : Thierry Gallarda , Responsable d'unité fonctionnelle, praticien hospitalier, Centre d'évaluation des troubles psychiques et du vieillissement, Centre hospitalier Sainte-Anne

  • Des proches de substitution

    Publié le : 02/10/2013 | Auteur : Etienne Hervieux , Directeur de l'accompagnement des personnes malades, Association Les petits frères des pauvres

  • Pages