/

Maladie d'Alzheimer : sur la susceptibilité génétique

"L'implication de facteurs génétiques dans les maladies neurologiques dégénératives, dans les protéinopathies, et donc dans la maladie d'Alzheimer est un fait qui n'est plus discutable mais dire «implication de facteurs génétiques» ne veut pas dire maladie héréditaire."

Par : Philippe Amouyel, Professeur d'épidémiologie et de santé publique, directeur de l'UMR 744 Inserm -- université Lille 2 -- Institut Pasteur de Lille et du Laboratoire d'excellence DISTALZ, directeur général de la Fondation de coopération scientifique Plan Alzheimer | Publié le : 18 Novembre 2013

Michel Poncet dialogue avec Philippe Amouyel, Professeur d'épidémiologie et de santé publique, directeur de l'UMR 744 Inserm -- université Lille 2 -- Institut Pasteur de Lille et du Laboratoire d'excellence DISTALZ, directeur général de la Fondation de coopération scientifique Plan Alzheimer

À travers ce dialogue Philippe Amouyel détaille pourquoi il est important que nous sachions sur la génétique de la maladie d'Alzheimer, sur le présent et l'avenir de cette approche. L'implication de facteurs génétiques dans les maladies neurologiques dégénératives, dans les protéinopathies, et donc dans la maladie d'Alzheimer est un fait qui n'est plus discutable. Dire «implication de facteurs génétiques» ne veut pas dire maladie héréditaire. Les formes héréditaires de la maladie sont rares. La maladie d'Alzheimer est une maladie sporadique qui implique des facteurs de susceptibilité génétique. Identifier ces gènes de susceptibilité à la maladie est fondamental pour mieux la comprendre et peut-être mieux la traiter.

Intervention enregistrée dans le cadre de l'Université d'été Alzheimer, éthique et société 2013 des 17, 18, 19 et 20  septembre 2013 à Lille.