Vous affichez les résultats de 1 à 5 sur un total de 5.
  • Respecter la singularité de la personne en psychiatrie

    "La fin de vie, en particulier dans le cadre de la « clinique » de la psychose, expose le patient plus encore à l’abandon de par sa vulnérabilité. Son existence, son mode d’être au monde est perturbé, attaqué dans son rapport à l’espace, au temps et à l’autre."

    Publié le : 04/02/2015 | Auteur : Emmanuel Scicluna, Cadre de santé, Clinique du Moulin Bruz (35), EA 1610, université Paris Sud

  • Psychiatrie auprès des personnes âgées : un baromètre pour l’éthique

    "La personne âgée elle-même peut ouvrir à une vision différente sur une évolution qui n’est pas toujours naufrage, mais autre. Elle nous apprend qu’elle est toujours identique à elle-même mais en pleine évolution vers quelque chose que nous ne connaissons pas, la mort."

    Publié le : 11/10/2013 | Auteur : Agnès Michon, Neurologue, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP-HP

  • Éthique de l’entretien infirmier psychiatrique face à la tentation de mort

    Si l’entretien infirmier diffère peu d’un entretien médical ou psychothérapeutique, il présente néanmoins quelques particularités, ne serait-ce que par les conditions dans lesquelles il s’effectue. Plus rarement mené dans un bureau qu’au chevet du patient, ce soin oral est souvent le premier contact du patient avec la psychiatrie.

    Publié le : 13/01/2010 | Auteur : Loëva Guichard, Infirmière en psychiatrie, titulaire d’un master Éthique, science santé et société, université Paris-Sud 11

  • Mourir dans la rue

    Les « morts de la rue » sont ces personnes mortes d’avoir vécu à la rue, après un, deux ou dix ans de galère. Pour au moins les deux tiers, en 2008, ils sont morts dans la rue ou un abri précaire, les autres dans un hébergement, une chambre d’hôtel, à l’hôpital. Pourquoi ce caractère insolite pour une réalité qui est bien là, surtout sur le terrain dont il s’agit : la rue ?

    Publié le : 06/11/2009 | Auteur : Cécile Rocca, Collectif Les morts de la Rue Collectif Les Morts de la rue / Bernard Sarrazin, Collectif Les morts de la rue Collectif Les Morts de la rue

  • Considérations éthiques du soignant face à l'enfant qui peut mourir

    "Un service de pédiatrie qui soigne des enfants qui peuvent mourir n’est pas forcément triste. Car les enfants peuvent également y guérir et si la mort y est présente, elle n’y fait pas forcément la loi. Les soignants qui y travaillent ont, en général, choisi de le faire mais ceci ne les préserve pas des risques d’usure. Nous présenterons à quelles conditions un tel service peut rester un lieu vivant et humain pour les enfants, leurs parents et leurs soignants."

    Publié le : 16/07/2003 | Auteur : Daniel Oppenheim, Psychanalyste et psychiatre