Vous affichez les résultats de 1 à 9 sur un total de 9.
  • La mort, un tabou en temps ordinaire, une question centrale en cas de pandémie

    "Inconsciemment, ou consciemment pour faire du « politiquement correct », les autorités sont tentées de tronquer l’approche de la pandémie en ignorant les décès pour ne parler que de la maladie, de la prévention et du soin. Mais cette attitude aboutit à ignorer ce qui, justement, pourrait nous mettre dans la plus grande difficulté."

    Publié le : 08/09/2014 | Auteur : François Michaud Nérard, Directeur général des Services funéraires - Ville de Paris, membre du Comité national d’éthique du funéraire, membre du Conseil national des opérations funéraires, vice-président de l’Union des professionnels du pôle funéraire public (UPPFP)

  • Vieillesses méconnues : Enjeux éthique de la crise d'août 2003

    Actes du 6ème colloque d'éthique de Bicêtre autour de la crise de la canicule d'août 2003 et de ses conséquences.

    Publié le : 06/10/2003 | Auteur : Espace éthique/IDF

  • Médecine et justice - Face à la demande de mort

    Actes de la Rencontre du Tribunal de Grande instance de Paris, tenue le mardi 2 décembre 2003.

    Publié le : 02/12/2003 | Auteur : Espace éthique/IDF

  • Questions éthiques posées par l'arrêt Perruche

    Analyse de l'arrêt de la Cour de cassation en faveur d'une indemnisation pour handicap de naissance par le Groupé de réflexion éthique de l'Association des paralysés de France. Quelles questions éthiques cet arrêt implique-t-il ? A quoi ouvre-t-il la voie et, de façon aussi importante, que n'est-il pas ?

    Publié le : 07/08/2003 | Auteur : Groupe éthique de l'APF

  • Grands prématurés : enjeux éthiques de la décision en néonatologie

    "Doit-on laisser mourir les enfants nés très prématurément, sous prétexte qu'ils ont un risque de survivre handicapé ? Une telle abstention ne s'apparente-t-elle pas à un meurtre par omission ? Et si l'on fait ce choix, comment définir le niveau de risque, le niveau de handicap qui, a priori, autoriserait de ne rien tenter pour sauver ces nouveau-nés ? Peut-on laisser survivre malgré tout ces enfants, ou doit-on arrêter les soins qui leur sont prodigués, c'est-à-dire arrêter leur vie ?"

    Publié le : 17/06/2003 | Auteur : Michel Dehan, Chef de service de pédiatrie et de réanimation néonatale, hôpital Antoine-Béclère, AP-HP

  • De mémoire d'infirmière

    "[Pour une infirmière en gériatrie, être confronté à la mort arrive plus ou moins tôt, plus ou moins vite, mais arrive.] Ce n'est pas pour cela que c'est forcément moins difficile à vivre. Mais j'ai la profonde conviction qu'en presque trente ans de carrière, cette épreuve a pu prendre des aspects plus humains, plus supportables, je dirais même, plus nobles."

    Publié le : 17/06/2003 | Auteur : Marie-France Pisonero, Infirmière en gériatrie, « L’Arche », hôpital Charles-Foix, AP-HP

  • Faire mourir dans des délais réglementaires ?

    Publié le : 23/03/2009 | Auteur : Bernard Devalois, Médecin responsable de l’unité de soins palliatifs, centre hospitalier de Pontoise / Louis Puybasset, Professeur de médecine, Neuro-réanimation Chirurgicale Babinski, Département d'Anesthésie-Réanimation, Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP-HP, université Pierre et Marie Curie, Paris 6 / Emmanuel Hirsch, Directeur de l’Espace éthique de la région Ile-de-France, professeur d’éthique médicale, université Paris-Sud /Paris-Saclay

  • Bénévolat et lien social des personnes vulnérables

    Les associations de bénévoles en milieu hospitalier et à domicile se réclament de valeurs communes : le principe de non-abandon des personnes vulnérables, l’approche globale de la personnes âgée, malade et handicapée dans la continuité et en complémentarité avec les soignants. Toutefois, des obstacles importants liés à la complexité du contexte de leur intervention ne peuvent être ignorés.

    Publié le : 20/06/2008 | Auteur : Françoise Demoulin, Responsable du bénévolat à la Fondation Claude Pompidou, présidente de l’Alliance nationale des associations en milieu de santé (ANAMS)

  • La situation de pénurie d’organes et le refus des familles

    Avec un taux de refus persistant de 30% des familles de donner les organes de leurs proches, et un contexte de pénurie, plusieurs questions émergent sur le rôle et l'image même de la greffe. Participe-t-elle d'une vision du corps-objet ? Peut-on, sur ces questions, appliquer un modèle de réflexion économique ?

    Publié le : 31/07/2009 | Auteur : Damien Blumenfeld, Comédien, ancien documentaliste de l'Espace éthique/AP-HP