Vous affichez les résultats de 1 à 1 sur un total de 1.
  • Pour un soignant, le mépris de la vie est une effroyable violence

    "Nous, soignants, sommes les témoins privilégiés des intrications permanentes des expressions corporelles et psychiques et des souffrances qui peuvent en découler. La prise en charge, éminemment corporelle en service de médecine, convie les soignants à toujours étayer le corps du malade, à être au plus près de lui, à son contact."

    Publié le : 07/01/2016 | Auteur : Hélène Brocq, Psychologue clinicienne, Service de médecine physique et réadaptation du CHU de Nice, Chargée de cours à l’Université de Nice-Sophia-Antipolis