Notre Newsletter
    Vous affichez les résultats de 1161 à 1170 sur un total de 1176.
  • Demandes de mort, fin de vie, vieillesse : Médecins, acceptons d’être bousculés

    Le débat sur la fin de vie devrait pouvoir faire bouger les lignes. La question de l’accès aux soins palliatifs doit pouvoir être posée avec audace et courage, au-delà du cadre de la maladie grave en phase avancée ou terminale qui seule, dans la loi, peut donner accès à la sédation profonde et continue. L’épuisement existentiel, notamment dans le grand âge et de surcroit, lorsque le handicap s’y ajoute, est une réalité qui doit pouvoir être prise en compte.

    Publié le : 17/07/2023 | Auteur : Nathalie Nisenbaum , Médecin coordinateur en EHPAD, Paris

  • Euthanasie pour souffrance psychique, errance mortelle

    “Dialoguer” avec le patient sur un prétendu “désir de mort” n’est pas une voie à suivre, pour la simple raison qu'il ne s'agit pas d'un “thème” à aborder, mais d'une tendance à endiguer, contre laquelle le sujet ne peut se protéger suffisamment.

    Publié le : 17/07/2023 | Auteur : Geert Hoornaert , Psychologue clinicien, psychanalyste membre de l'Association Mondiale de Psychanalyse

  • Chambres mortuaires : Prendre soin des morts et des endeuillés

    La professionnalisation des personnels des chambres mortuaires et leur rattachement aux Directions des soins et des activités paramédicales ont légitimé l’importance de la prise en soin du patient décédé et de l’accompagnement de ses proches. Pour chaque patient et famille accueillis se dessine une histoire de vie unique à prendre en compte sans jugements de valeurs.

    Publié le : 17/07/2023 | Auteur : Yannick Tolila Huet , Cadre de santé - Chambres mortuaire des Hôpitaux Bichat-Claude Bernard et Beaujon, AP-HP, Présidente de la Collégiale des Professionnels de Chambres mortuaires / Samuel Murot , FF Cadre de santé – Chambres mortuaires Henri Mondor et Albert Chenevier, Vice-président de la Collégiale des Professionnels de Chambres mortuaires, AP-HP Hôpitaux universitaires Henri-Mondor

  • Approche de la mort et familles en souffrance : l’importance de la communication.

    "Elle m’a alors demandé si elle avait le temps de rentrer chez elle pour prendre quelques affaires. Elle voulait être présente, à ses côtés, pour le dernier instant. Je ne pouvais pas lui répondre, nul ne connaît l’heure. Je lui ai simplement dit que son mari allait mourir et qu’à ma connaissance, pour des raisons qu’on n’explique pas, la plupart du temps les personnes meurent au moment où le proche s’absente."

    Publié le : 17/07/2023 | Auteur : Christine de Gouvion Saint Cyr , Bénévole d’accompagnement, administratrice de la SFAP, vice présidente de l’association de bénévoles Être-là Grand Paris

  • La révolution des rites funéraires

    Contrairement aux idées reçues, de nombreux endeuillés ne sont pas du tout désorientés au moment d’organiser des obsèques et sont assez réalistes dans la relation marchande avec les pompes funèbres. Mais que survienne la mort d’une personne jeune ou pire d’un enfant, et c’est un drame absolu que la société sait de moins en moins bien gérer.

    Publié le : 17/07/2023 | Auteur : François Michaud Nérard , Membre du Conseil national des opérations funéraires, ancien directeur général de la SEM des Services funéraires – Ville de Paris

  • Pour une pédagogie de la finitude dès le plus jeune âge

    On estime également qu’entre 500 000 et 800 000 jeunes en France sont aidants d’un proche malade ou en situation de handicap ; ils assurent alors une aide tant logistique qu’administrative, un soutien émotionnel voire parfois des soins relevant de l’intimité. Ces situations, derrière lesquelles se nichent d’importants déterminants socio-économiques, restent trop invisibles médiatiquement et insuffisamment prises en compte par les pouvoirs publics.

    Publié le : 17/07/2023 | Auteur : Nicolas El Haïk-Wagner , Doctorant en sociologie, Laboratoire Formation et apprentissages professionnels, Conservatoire national des arts et métiers. Responsable du groupe de travail « Jeunes Générations », Société Française d’Accompagnement et de soins Pal

  • L’indispensable des visites dans l’environnement hospitalier

    Aujourd’hui encore, même si les directives à ce sujet sont très dépendantes des cultures des services, les visites continuent généralement d’être limitées. Ces restrictions ne sont pas toujours en lien avec la gravité de l’état du-de la patient-e hospitalisé-e ni avec la technicité des soins.

    Publié le : 20/07/2023 | Auteur : Susie Georges-Jardin , Psychologue clinicienne

  • Fin de vie en réanimation : la communication au cœur de l’expérience des familles

    Des études récentes ont également montré un lien étroit entre le vécu des proches endeuillés et les pratiques de fin de vie en réanimation. Ne pas avoir fait ses adieux et avoir été présent au moment du décès sans accompagnement adéquat sont 2 facteurs liés à une augmentation du risque de développer un état de stress post-traumatique et un deuil compliqué. L’implication du patient lui-même dans le projet de soin palliatif est, au contraire, un facteur protecteur.

    Publié le : 20/07/2023 | Auteur : Nancy Kentish-Barnes , AP-HP Nord, Hôpital Saint Louis, Groupe de recherche Famiréa, Service Médecine Intensive et Réanimation, Paris

  • Donner la mort ou l'encadrer (suicide assisté) constitue-t-il une rupture anthropologique ou la transgression d'un interdit ?

    La rupture anthropologique ne semble pas se situer dans le respect de l’autodétermination, ou la prise en compte de la souffrance de l’autre, elle semble en route dans l’opacité autour de la mort jusqu’à ne plus incarner la vie et ne plus « vivre son mourir », c’est-à-dire réfléchir et penser les limites de la vie.

    Publié le : 20/07/2023

  • La sacralité de la vie humaine : Quel est l’apport de cette notion dans le débat sur l’aide médicale à mourir?

    La sacralité de la vie semble affirmer, dans sa version positive, que la vie humaine a une valeur spéciale (et qu’elle doit être protégée ou respectée) et, dans sa version négative, qu’elle ne peut être prise sans justification adéquate. Mais la question la plus complexe est probablement de déterminer pourquoi la vie humaine a une valeur spéciale.

    Publié le : 20/07/2023 | Auteur : Milena Maglio , Philosophe, Institut La Personne en Médecine, Université Paris Cité

  • Pages