Vous affichez les résultats de 31 à 40 sur un total de 131.
  • Sédation, la confusion des approches

    "Si notre société souhaite légaliser l’euthanasie ou le suicide assisté il est nécessaire de distinguer clairement ces actes d’une pratique médicale. À ne pas oser légiférer sur l’euthanasie et à vouloir trouver un consensus en recourant à la sédation, on amène de la confusion entre une action médicale à visée soignante et un moyen utilisé pour provoquer ou accélérer la mort."

    Publié le : 05/02/2015 | Auteur : Véronique Blanchet, Médecin, Unité mobile de soins palliatifs, hôpital Saint-Louis, AP-HP

  • Assistance médicale au suicide : quelle position pour le psychiatre ?

    "Comme il est du devoir de n’importe quel médecin de soulager, il est du devoir du psychiatre de reconnaître la dépression et de la traiter pour soulager son patient."

    Publié le : 05/02/2015 | Auteur : Françoise Chastang, Psychiatre, CHU Côte de Nacre, Caen, Espace de réflexion éthique de Basse-Normandie, EA 1610, université Paris Sud / Michel Walter, Professeur des universités, psychiatre, CHU, Brest / Cécile Omnes, Psychiatre, Centre hospitalier Charcot, Plaisir (78), Groupement d’études et de prévention du suicide (GEPS) / Jacques Vedrinne, Psychiatre, université de Lyon

  • Mourir en gériatrie à l’hôpital ?

    "Les services de gériatrie sont particulièrement concernés par les situations de fin de vie, que ce soit en court séjour, en soins de suite ou en soins de longue durée. Dans ces unités, les médecins et les soignants font de leur mieux pour accompagner les personnes en fin de vie, en évitant les souffrances et l’acharnement thérapeutique."

    Publié le : 04/02/2015 | Auteur : Christophe Trivalle, Médecin gériatre, CHU de Bicêtre, AP-HP

  • Mourir chez soi, en EHPAD

    "Face à la pathologie démentielle, la famille vit souvent une relation de deuil anticipé avec son patient. Celui-ci lui renvoie parfois l’image du mort à venir qu’elle peut attendre tout en en redoutant le moment. Alors en plaçant le malade dans ce statut de « mort vivant », [...], on peut en arriver à nier les possibilités de relation par trop de souffrance."

    Publié le : 04/02/2015 | Auteur : Geneviève Demoures, Psycho-gériatre, chef de service, Le verger des Balans

  • Radiothérapie en phase palliative

    "Si la radiothérapie est un traitement spécifique du cancer, elle constitue aussi un traitement symptomatique, avec pour visée d’améliorer les conditions quotidiennes de la fin de la vie. Il est question de donner un sens pratique, à court terme, à ce qui est proposé, qu’il s’agisse de traiter ou de ne pas traiter."

    Publié le : 04/02/2015 | Auteur : Thibaud Haaser, Médecin radiothérapeute, CHU de Bordeaux ; doctorant au Département de recherche éthique, université Paris Sud

  • Fin de vie en hématologie

    Publié le : 04/02/2015 | Auteur : Sandra Malak, Hématologue - Pôle d'Oncologie et de Médecine Nucléaire, Hôpital Saint Antoine

  • Soins palliatifs en pédiatrie : paradoxes et questions éthiques

    "Il est impressionnant d’entendre les enfants nous confier leurs parents, nous remettre des objets symboliques avant leur décès. La synthèse de ce soin ainsi construit est qu’une confiance surgit toujours plus grande entre tous les membres de cette équipée même si la mort guette le moindre faux pas."

    Publié le : 04/02/2015 | Auteur : Alain de Broca, Neuropédiatre, Service UMICA, Unité mobile pédiatrique, Équipe ressource régionale de soins palliatifs pédiatriques Picardie, CHU d’Amiens

  • Fin de vie en oncologie pédiatrique

    "La désignation des traitements comme palliatifs peut [‚...] s’introduire très en amont du décès des enfants, lorsque plusieurs types de traitements oncologiques sont encore accessibles, amenant à reculer de plusieurs mois voire de plusieurs années la fin de la vie."

    Publié le : 04/02/2015 | Auteur : Franck Bourdeaut, MD, PhD, INSERM U830 & Département d'oncologie pédiatrique, Institut Curie, Paris

  • Dédramatiser l’approche des soins palliatifs

    "Ce qu’elle ne comprend pas, c’est pourquoi, puisqu’on lui avait proposé du confort, elle retrouvait sa mère, lors des courts moments de visites autorisées, agitée et ligotée dans son lit ou encore avec les restes, sur sa chemise de nuit et sur ses draps, d’un café renversé sur elle quelques heures avant."

    Publié le : 03/02/2015 | Auteur : Vianney Mourman, Médecin, équipe mobile de soins palliatifs, Hôpitaux universitaires Saint-Louis, Lariboisière, Fernand Widal, AP-HP

  • « La mort peut attendre »

    "Le médecin ne se trompe jamais en s’engageant dans cette voie. Dans tous les cas, soulager est un impératif non négociable. On soigne."

    Publié le : 03/02/2015 | Auteur : Maurice Mimoun, Service de chirurgie plastique reconstructrice, hôpital Saint-Antoine, AP-HP

  • Pages